SECK Matar

SECK Matar

Doctorant

EMAIL

seck.matar@gmail.com

matar11.seck@ucad.edu.sn

matar.seck@etu.univ-montp3.fr

titre de la thèse Evaluation des risques naturels et la planification de leur gestion du nouveau pôle urbain de Diamniadio
terrains d’études Sénégal (pôle urbain de Diamniadio, Dalifort, Wakhine Nimzatt, Djidah Kaw)
(co-)directeurs Tony Rey et Awa Niang Fall
ORIGINE DU financement Aucun
résumé de la thèse

Depuis une vingtaine d’année avec l’augmentation des aléas d’origine hydrométéorologique, Dakar, à l’image des autres agglomérations urbaines des pays du sud tel que Quito, Phnom Penh, Ibadan, Niamey, fait face à des risques naturels de plus en plus dévastateurs.  L’accroissement galopante de la population, l’absence généralisée de planification urbaine et environnementale, l’occupation des zones non aedificandi, la non mise en place de réseaux structurant avant habitation, sont les facteurs qui augmentent la vulnérabilité des sociétés.  Cette situation alarmante, au Sénégal, particulièrement à Dakar est fortement liée au retour des pluies et l’imperméabilité du sol.

La forte attractivité de Dakar, combinée à un manque de prévention et de maîtrise dans la planification urbaine et à l’insuffisance des capacités des collectivités locales à assurer les compétences transférées, a produit des contrecoups négatifs liés principalement à l’étalement urbain, aux problèmes de mobilité urbaine, à des difficultés dans la satisfaction de la demande en eau et en électricité, en particulier au moment des pointes, à l’insalubrité, aux difficultés d’accès au logement, à l’occupation de zones tampons et de zones à risque favorisées, entre autres, par les effets liés à la baisse de la pluviométrie. Pour inverser cette tendance, et faire face à ces menaces environnementales en milieu urbain, dans son décret n° 2013- 1043 du 25 juillet 2013, l’Etat a défini une nouvelle politique d’aménagement du territoire, basée sur une vision d’organisation rationnelle et équilibrée de l’espace national et de valorisation optimale des ressources des territoires, l’image des pôles urbains de Diamniadio et du lac rose.

 Le pôle urbain de Diamniadio qui concerne notre projet de recherche, sera donc, une zone urbaine exposée à de nombreux aléas naturels qui peuvent impacter sa future population croissante, ses infrastructures, et ses activités telles que le retrait gonflement des sols et l’inondation par ruissellement constatés lors des visites de terrain. Et confirmer par les rapports techniques de la DGPU et de l’ADM.

Ainsi, pour bien comprendre et cerner ces risques naturels, il faudrait examiner les éléments qui lui sont associés. En effet, ils dépendent d’un aléa, de l’exposition des personnes et des biens à cet aléa, et des conditions de vulnérabilité de la population. Ces facteurs qui évoluent dans le temps sont dans la plupart des cas aggravés, à cause des incapacités institutionnelles et individuelles ou des mesures inadaptées mises en œuvre pour faire face en vue de réduire le risque.

Souvent dans les pays du tiers monde, les modèles socio-environnementaux du développement peuvent augmenter l’exposition et la vulnérabilité, et par conséquent, accroître les risques. La gestion des risques au Sénégal, reste cantonnée sur des approches centrées plutôt sur une approche globale, plus systémique. Cette option non globale traite les risques de manière séparée et les réponses apportées pour leurs gestions restent limitées et parfois inadaptées. En effet que ce soit le plan orsec, déclenché presque chaque année, le PROGEP (Le Projet de Gestion des Eaux pluviales et d’adaptation au changement climatique) 1 et 2, l’état sénégalais peine à régler le problème des inondations qui sévit surtout dans la banlieues dakaroises, faute d’absence ou d’une bonne politique de planification et gestion de risques naturels.

Mon projet s’inscrit dans cette logique en essayant de voir, par une approche comparative entre un territoire déjà urbanisé et un territoire non urbanisé, comment imaginer une bonne planification territoriale aux enjeux environnementaux actuels et futurs ? Comment adapter une planification territoriale face à des menaces environnementales en particularité les pays du sud ? Qu’est ce qui a été fait avant et pourquoi ça n’a pas marché (limites et contraintes) ?  Qui sont les acteurs de la gestion des risques naturels ? Comment faire pour rendre à la fois durable et résilient la nouvelle ville de Diamniadio.

collaborations SCIENTIFIQUES Université Cheikh Anta Diop , Dakar, Sénégal