Chercheurs permanents

Frédéric LEONE

Frédéric LEONE

Frédéric LEONE

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Professeur des universités
spécialité
Géographie des catastrophes et des risques naturels
responsabilités
  • Directeur du LAGAM,
  • Co-responsable du master GCRN (Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels),
  • Co-responsable de la collection « Géorisques » aux Presses Universitaires de la Méditerranée.
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Frédéric Leone est professeur au département de Géographie de l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (UPVM3) et directeur du Laboratoire de Géographie et d’Aménagement de Montpellier (LAGAM). Ses recherches portent sur la reconstitution spatiale des catastrophes naturelles (volcanisme, tsunamis, mouvements de terrain, cyclones, submersion marine), l’évaluation intégrée des risques associés (géo-indicateurs, diagnostics de vulnérabilité) et l’aide à la gestion de crise (plans d’évacuation, cartographies, modélisation, accessibilité territoriale, SIG). Il a participé à plusieurs retours d’expérience dans la Caraïbe, en Asie du Sud-Est, Méditerranée et Pacifique. Ses activités contribuent plus généralement à la prévention des risques naturels et à la promotion d’une géographie appliquée, en particulier dans les pays du Sud. Il est cofondateur du parcours de Master 1&2 en Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels (GCRN) de l’UPVM3. Il codirige la collection « Géorisques » aux Presses Universitaires de la Méditerranée. Il est également responsable de deux modules d’enseignement consacrés à la gestion territoriale des risques naturels à l’ENA Strasbourg (Mastère MPGTR) et à la faculté de médecine de l’université de Kinshasa (Master Ecom-Alger).
terrains d’études Antilles, Mayotte, Maroc, Vanuatu, Tanzanie, Philippines, Alpes françaises
collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université d’El Jadida (Maroc),
  • Université des Philippines Diliman,
  • Université des Antilles,
  • Université d’Auckland,
  • Faculté de Médecine de Kinshasa (RDC),
  • IPGP,
  • REVOSIMA.
RECHERCHEs en cours
  • EVACTSU Mayotte (Planifier les évacuations face au risque de tsunami à Mayotte),
  • TIREX (Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique (Petites Antilles du Nord – saison cyclonique 2017),
  • TASOMA (Optimisation spatiale de l’alerte tsunami en méditerranée française)
  • TANZARISQUES (De la caractérisation des aléas et des risques volcaniques aux outils opérationnels de gestion de crise : le cas des communautés traditionnelles Massaï face aux menaces du Ol Doinyo Lengaï, Tanzanie),
  • ESCAPE-VOLCANO (Modèle de simulation individu-centré et spatialisé de l’évacuation des populations exposées à une éruption volcanique : le cas de la Soufrière de Guadeloupe),
  • Atlas de la ruralité mahoraise.
(co-)direction de thèses
  • IDAROUSSI TSIMANDA Fahad : Vulnérabilités différentielles des migrants à Mayotte : enjeux socio-politiques de la réduction des risques dans un département français insulaire en développement,
  • ARRAK Nesrine : Modélisation des risques par télédétection et SIG : le cas des processus morpho-dynamiques de la désertification dans la Jeffara (Tunisie Méridionale),
  • ZAOUI Ryma : La géovisualisation au service de la prévention des risques et des crises : application au site industriel d’Arzew (Algérie),
  • CANDELA Thomas : Optimisations cartographiques au service de la gestion des risques et des crises d’origine naturelle et technologique,
  • BELRHABA Tarik : Impact de l’élévation du niveau marin sur les plages de la région de Kénitra, Larache et sur la lagune de Moulay Bouselham : évolution future et résilience au changement climatique.

Freddy VINET

Freddy VINET

Freddy VINET

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
spécialité
Géographie des risques
responsabilités
  • Directeur du département de géographie de l’Université Paul-Valéry
  • Co-responsable du master « gestion des catastrophes et des risques naturels »
  • Co-responsable de la collection « Géorisques » aux Presses Universitaires de la Méditerranée
  • Membre du Conseil National des Universités
  • Membre du Conseil Scientifique de l’AFPCN
  • Membre du COPRNM
  • Membre du comité d’expert du CEPRI
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Dr Freddy Vinet is a professor of geography at university of Paul-Valery Montpellier 3 (France) with a 25 years experience in teaching and searching on the impacts of natural hazards and their prevention. He participated to numerous field studies on the vulnerability of coastal areas after the 2004 tsunami in Indonesia, after the sea surge “Xynthia” in western France (2010) and hurricane Irma in lesser Antillas (2017). He is the head of a master degree “disaster risk management” teaching students on methods (especially GIS) to handle natural hazards. His most recent major publication is a 2-volume handbook on floods : Floods 1 : risk knowledge and Floods 2 risk management (Iste Editor) He also published a comprehensive book on the Spanish Flu (1918-1919), the deadliest disaster of the 20th century.
terrains d’études

Europe, Antilles, Bassin Méditerranéen, Afrique

collaborations SCIENTIFIQUES
  • IRD
  • INRAE
  • Hydrosciences Montpellier
  • Ministère de la transition écologique
  • INSA
  • University of Barcelona
RECHERCHEs en cours
  • DEUFI Detailling Urban Flood Impact
  • TIREX (Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique (Petites Antilles du Nord – saison cyclonique 2017),
(co-)direction de thèses
  • HMIDI Nesrine : Vulnérabilité et gouvernance du risque inondation dans l’arc métropolitain allant de Bizerte au cap-bon (Nord Est de la Tunisie)
  • TREVISANI Maxime : Risque grêle et assurance en France: Diagnostics et stratégies d’adaptation dans un contexte stressé de changement climatique

 

Stéphanie DEFOSSEZ

Stéphanie DEFOSSEZ

Stéphanie DEFOSSEZ

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Maître de Conférences
spécialité
Géographie des risques naturels
responsabilités

Scientifiques :

  • Porteur de projet : Volcan Lengaï : vivre avec ? (2021).
  • Coordinatrice de la tâche « Trajectoires de vulnérabilités territoriales » au sein du projet TIREX, (2018-2022).
  • Co-responsable du projet Tanzarisques « De la caractérisation des aléas et des risques volcaniques aux outils opérationnels de gestion de crise: le cas des communautés traditionnelles massai face aux menaces du Ol Donyo Lengaï (Tanzanie »), (2019-2021).
  • Coordinatrice de la tâche « Identification des vulnérabilités et caractérisation de la culture du risque au sein du projet CRISSIS (Caractérisation des risques de submersion marine sur des sites sensibles), (2015-2017).

Administratives :

  • Directrice adjointe de l’UR LAGAM (LAboratoire de Géographie et Aménagement de Montpellier)
  • Élue au conseil de l’UFR 3 (Faculté des Sciences de l’Homme et Sciences de l’Environnement) depuis 2015

Pédagogiques :

  • Responsable de la Licence de Géographie-Aménagement,
  • Encadrement d’étudiants du Master Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels (GCRN).
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Stéphanie Defossez est maître de conférences en géographie à l’université Paul-Valéry-Montpellier 3 au sein du département de géographie-aménagement et de l’UR LAGAM. Géographe de formation, elle s’intéresse aux problématiques des risques et catastrophes naturels dans une volonté d’approche globale même si l’approche enjeux-vulnérabilités centrés est privilégiée. Ses recherches portent sur la gestion des risques et des crises à travers notamment l’évaluation des politiques publiques et la prise en considération des perceptions des populations (maîtrise des techniques d’enquêtes). Des approches a priori visant l’anticipation des évènements complètent les retours d’expérience menés sur des évènements hydrométéorologiques. L’analyse territoriale et la spatialisation des informations alimentent son approche systémique et tend à servir sinon la décision au moins la réflexion sur les modes de prévention. Ses problématiques et méthodes s’appuient sur des recherches en France métropolitaine (Méditerranée, Atlantique), dans les territoires d’outre-mer (Antilles françaises) et dans les pays du sud (Cambodge, Vanuatu, Tanzanie).

terrains d’études

France méditerranéenne, Antilles françaises, Tanzanie, Asie, Vanuatu,

collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université Paris 1 (UMR 8586 Prodig ; UMR 8591 LGP,
  • BRGM,
  • GERAD (Dakar),
  • IRSTEA (UMR-Eau),
  • CRC Mines Paris Tech,
  • LIENSs,
  • LCSS,
  • Large,
  • Université de Montpellier (Géosciences ; Hydrosciences),
  • Université des Philippines Diliman,
  • Université du 09 avril à Tunis,
  • Cerema,
  • Artelia,
  • KICT,
  • Université de Liège,
  • LMFA,
  • RiverLy,
  • T.U. Dresden.
rECHERCHEs en cours
  • Volcan Lengaï : vivre avec ? (2021) – AAP UPVM 2021,
  • Tanzarisques (De la caractérisation des aléas et des risques volcaniques aux outils opérationnels de gestion de crise: le cas des communautés traditionnelles massaï face aux menaces du Ol Doinyo Lengaï (Tanzanie)) – 2019-2021 – AAP 2019 CNRS/IRD,
  • ANR TIREX (Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique (Petites Antilles du Nord – saison cyclonique 2017)) – 2018-2022,
  • ANR DEUFI (Detailing Urban Flood Impact) – 2019-2022,
  • SO-II (Système d’observation des impacts des inondations) – 2019/2021.
(co-)direction de thèses ,

Monique GHERARDI

Monique GHERARDI

Monique GHERARDI

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Ingénieure d’études en traitement, analyse et représentation de l’information spatiale
spécialité
Géographie
responsabilités
  • Coordination de la gestion administrative et de l’animation de l’équipe,
  • Membre du comité scientifique de la Revue « Géorisques »
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Géographe de formation, j’ai 20 années d’expériences en SIG et en cartographie, comme Ingénieure au sein de l’université Paul Valéry de Montpellier, auprès de différentes équipes : MTE, GESTER, l’UMR GRED et aujourd’hui le LAGAM.

J’ai ainsi collaboré dans 21 projets scientifiques, sur de nombreux terrains d’étude en France et à l’étranger, et je suis actuellement mobilisée sur 5 projets dont 1 ANR.

Je suis également impliquée dans la formation et le suivi d’étudiants de masters, au sein de modules de cours en SIG, sous le logiciel ArcGis.

Depuis mars 2020, je suis élue dans mon village de Beaulieu, en charge de l’urbanisme, risques naturels et environnement. Ce nouvel engagement citoyen me permet d’agir comme acteur de l’aménagement du territoire en mettant à profit mes expériences professionnelles au service de l’action publique, et de nourrir en retour mes compétences universitaires dans un objectif de recherche-action

terrains d’études Outre-mer, Maghreb, Sénégal, Tanzanie, Brésil, Indonésie, Vanuatu
collaborations SCIENTIFIQUES
  • Conseil Départemental de Mayotte (CG976)
  • Délégation interministérielle aux risques majeurs d’outre-mer
  • Université de Kinshasa (Master ECoM-ALGER), RDC
RECHERCHEs en cours
  • Atlas de la ruralité mahoraise
  • EVACTSU Mayotte (Planifier les évacuations face au risque de tsunami à Mayotte)
  • TANZARISQUES (De la caractérisation des aléas et des risques volcaniques aux outils opérationnels de gestion de crise : le cas des communautés traditionnelles Massaï face aux menaces du Ol Doinyo Lengaï, Tanzanie)
  • TASOMA (Optimisation spatiale de l’alerte tsunami en méditerranée française)
  • ANR TIREX (Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique (Petites Antilles du Nord – saison cyclonique 2017))
  • ESCAPE-VOLCANO (Modèle de simulation individu-centré et spatialisé de l’évacuation des populations exposées à une éruption volcanique : le cas de la Soufrière de Guadeloupe)

Laurent CHAPELON

Laurent CHAPELON

Laurent CHAPELON

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Professeur d’Aménagement de l’espace, Urbanisme – Université Paul-Valéry Montpellier 3
spécialité
Aménagement, transports, mobilités, réseaux
responsabilités

Scientifiques

  • Coordinateur du numéro double de la revue Géotransports sur les mobilités émergentes. 2021.

Administratives

  • Directeur de la Faculté des Sciences Humaines et des Sciences de l’Environnement-UFR3
  • Membre élu du Conseil National des Universités – 24e section (Aménagement-Urbanisme)
  • Membre de la Commission des Structures, UPVM3
  • Membre de la Commission Paritaire d’Etablissement, UPVM3
  • Membre de la Commission Vie Etudiante, UPVM3
  • Membre du Conseil des composantes, UPVM3

Pédagogiques

  • Codirecteur du Master « Transport, mobilités, réseaux », UPVM3
  • Coordinateur du renouvellement de l’offre Masters 2021-2026 de la Faculté des Sciences Humaines et des Sciences de l’Environnement (48 années-parcours en Géographie-Aménagement, Histoire, Histoire de l’Art-Archéologie, et Biologie Ecologie Environnement).
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Recherches sur l’application des théories et méthodes de l’analyse spatiale aux problématiques d’aménagement du territoire, de transport et de mobilité durable. Intérêt particulier porté à l’évaluation de la performance territoriale des systèmes de transport et des solutions intermodales et innovantes de déplacement. Participation depuis 30 ans à l’expertise de grands projets, plans et schémas de transport en France et à l’étranger
terrains d’études

Europe

France

Afrique

 
collaborations SCIENTIFIQUES
ENTPE, UMR CNRS LAET Lyon, UMR CNRS ESO Rennes, LVMT (Université Gustave Eiffel) Paris, UMR CNRS PACTE Grenoble, UMR CNRS ThéMA Besançon, Université du Québec (UQAM) Montréal, Université de Lausanne (Unil), UMR ART-Dev Montpellier, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Université Toulouse 3 Paul Sabatier, IRSTEA, CEREMA, SNCF, Région Occitanie, Département de l’Hérault, Montpellier Méditerranée Métropole
RECHERCHEs en cours
  • ANR VELOTACTIQUE. De l’urbanisme tactique cyclable au changement durable : une comparaison internationale des politiques publiques et des pratiques en contexte de pandémie. 2021. Projet associant l’ENTPE, l’UMR CNRS LAET Lyon, l’UMR CNRS ESO Rennes, le LVMT (Université Gustave Eiffel) Paris, l’UMR CNRS PACTE Grenoble, l’UMR CNRS ThéMA Besançon, l’Université du Québec (UQAM) Montréal, l’Université de Lausanne (Unil) et le LAGAM.
  • AATRE. Agora de l’aménagement des territoires résilients. 2019-2024. Axe 4 « pilotage et animation collective et citoyenne de la résilience ». Projet associant l’IRSTEA, le groupe RESURGENCES R&D et le LAGAM.
  • MID. Mobilité intelligente et durable. Défi-clé Région Occitanie. Soutien aux dynamiques collectives des acteurs de la recherche d’Occitanie. 2022-2026. Projet associant l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, l’Université Toulouse 3 Paul Sabatier et l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (EPSYLON et LAGAM)
  • DEV-SENEFA. Développement local et territoires au Sénégal. Le cas de la région de Fatick. 2021-2022. Dispositif de soutien CNRS aux collaborations avec l’Afrique subsaharienne. Projet associant l’UMR ART-Dev et le LAGAM.
  • Observatoire des villes du transport gratuit. Contribution à la réflexion sur la gratuité des transports publics. 2021. Projet coordonné par l’Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque (AGUR) et l’association de chercheurs VIGS – Mobilité, territoires, innovations.
(co-)direction de thèses
  • ADJEROUD Heythem, « Mobilité urbaine en villes moyennes : enjeux et perspectives pour la ville de Mila (Algérie) », Doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme, Cotutelle Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Université de Constantine 3.
  • AUGEROT Alix, « La santé mentale des adolescents et jeunes adultes : approche territoriale des parcours de prise en charge. Application sur le territoire Ouest Hérault », Doctorat en Géographie – Aménagement, CIFRE Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Centre Hospitalier de Béziers.
  • LEGUAY Amélie, « Renouveler le renouvellement urbain ou comment répondre à la nécessité de faire mieux avec moins », Doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme, CIFRE Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Société d’Equipement et d’aménagement du Rhône et de Lyon (SERL).
  • POISSON Adrien, « L’infrastructure cyclable comme levier dans l’utilisation de la bicyclette en milieu urbain : approche par le suivi GPS des cyclistes et la modélisation des réseaux », Doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme, Bourse Région Occitanie / Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Tony REY

MEMBRE  PERMANENT

MEMBRE PERMANENT

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Professeur des universités
spécialité
Géomorphologie, Risques et Catastrophes
responsabilités

Scientifiques

Participation à des programmes de recherche et retours d’expériences internationaux

  • Projet TANZARISQUES (Coordinateur),
  • Projet MORTALITE_ANTILLES (Coordinateur),
  • Projet Lengai Flow  (co responsable)Projet Collectif de Recherche « Géoarchéologie des ports médiévaux d’Aigues-Mortes » (Coordinateur).

Responsabilités éditoriales

  • Participation active aux collections Géorisque et Territoires d’Afrique.

 Administratives et pédagogiques

  • Chargé de mission aux Relations Internationales : Aire Pacifique,
  • Coordinateur des accords inter-institutionnels Erasmus+,
  • Responsable de la convention de partenariat entre l’université Paul Valéry Montpellier 3 et l’université des Philippines Diliman Président de la commission de Géographie Physique au CNFG,
  • Membre du conseil scientifique du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée.
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Tony Rey est Professeur de Géomorphologie à l’Université Paul Valéry Montpellier. Ses recherches portent sur l’analyse des dynamiques et des processus à la surface de la Terre, de géomorphologie fondamentale et appliquée, et l’évaluation des impacts des évènements extrêmes sur les environnements et les hommes. Sa carrière d’enseignant-chercheur reflète son intérêt pour les analyses multi dimensionnelles à la croisée d’autres disciplines humaines, sociétales et géosciences.

Ses activités de recherche actuelles s’articulent autour de :

  • la géomorphologie littorale et volcanique,
  • l’évaluation des aléas naturels post catastrophes,
  • la reconstitutions des environnements passés.
terrains d’études

Tanzanie, Asie (Cambodge et Vietnam), bassin des Caraïbes, Pacifique

collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université Aix Marseille – UMR  LAMMM,
  • Université des Philippines Diliman,
  • Université Polynésie Française,
  • Université des Géosciences Marines Chouaib Doukkali (Maroc),
  • Université Cheick Anta Diop Dakar (Sénégal),
  • Université de Dodoma (Tanzanie),
  • Université de Montpellier UMR Geoscience,
  • Centre européen de recherches préhistoriques,
  • DREAL/SRA Occitanie,
  • Collectivité Territoriale de St Barthélemy,
  • Agence Territoriale de St Barthélemy.
RECHERCHEs en cours
  • Projet TANZARISQUES De la caractérisation des aléas et des risques volcaniques aux outils opérationnels de gestion de crise: le cas des communautés traditionnelles massaï face aux menaces du OlDoinyo Lengaï (Tanzanie) AAP RISQUES CNRS et IRD,
  • Projet LENGAIFLOW Analyse volcano-géomorphologique du Ol Doinyo Lengaï CNES,
  • Projet MORTALITE_ANTILLES : Création d’un référentiel géo historique pour la mortalité liée aux risques hydro-climatiques aux Petites Antilles) AAP Université Paul Valéry Montpellier,
  • Projet Collectif de Recherche « Géoarchéologie des ports médiévaux d’Aigues-Mortes DRAC Languedoc Roussillon,
  • Projet TIREX Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique, ANR OURAGANS.
(co-)direction de thèses
  • Matar S. Evaluation des risques naturels et la planification de leur gestion dans le nouveau pôle urbain de Diamniadio (Sénégal). Thèse en cotutelle,
  • Battut S. Évaluation des capacités d’adaptation des sociétés insulaires face aux aléas hydro- météorologiques extrêmes aux Antilles : cas de la Dominique et de Sainte-Lucie,
  • Belrhaba T. Impact de l’élévation du niveau marin sur les plages de la région de Kénitra, Larache et sur la lagune de Moulay Bousselham : Évolution future et résilience au changement climatique. Thèse en cotutelle.

Nancy MESCHINET DE RICHEMOND

Nancy MESCHINET DE RICHEMOND

Nancy MESCHINET DE RICHEMOND

Membre permanent

EMAIL

nancy.de-richemond@univ-montp3.fr

Fonction actuelle

Professeure des universités

spécialité
Risques naturels, environnement, approche historique des risques et des catastrophes
responsabilités
  • depuis 2016 : membre élue du Conseil d’administration de l’université Paul Valéry-Montpellier 3.
  • depuis 2020 : membre du jury de l’agrégation interne d’histoire-géographie
  • co-responsable du Master PROJET (Projets d’aménagements et prospective territoriale)
  • co-responsable Projet POST (Penser les sOrties de guerre au prisme des politiques des reSsources et des crises naTurelles)
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Nancy Meschinet de Richemond est professeure de géographie à l’Université Paul Valéry-Montpellier 3. Ses recherches portent sur l’articulation, à différentes échelles spatiales et temporelles, entre les risques naturels (inondation, tsunami) et le(s) territoire(s) des sociétés vulnérables à ces risques dans une perspective géohistorique et systémique. Elle s’intéresse particulièrement au rôle des héritages historiques dans les décalages existant entre la prévention et la gestion effective des risques et des crises (héritages politiques, administratifs, culturels…), en lien avec les différentes vulnérabilités (matérielles, structurelles, fonctionnelles) des territoires et des acteurs. Ses thèmes d’intérêt sont la gestion et la prévention des risques naturels, les jeux d’acteurs, l’évaluation et la perception des catastrophes, des dégâts et des indemnisations (interroger le statut et les limites spatio-temporelles des catastrophes, contextualiser le cadre de pensée des risques). Agrégée de géographie, Nancy de Richemond enseigne du niveau L1 au master et doctorat, a été responsable du dispositif IDEFI au sein du département de Géographie-Aménagement (2013-2017), et siège régulièrement depuis 2004 dans des jurys de concours (ENS, agrégation).
terrains d’études Domaine méditerranéen, Pyrénées, France, Europe, Maroc, RDC
collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université de Kinshasa
  • Université Paris 1 (UMR Prodig) et ENS
  • Université Toulouse 2
  • Université de Montpellier
  • MSH Sud
  • UMR ART-Dev et CRISES Montpellier
RECHERCHEs en cours Projet POST (Penser les sOrties de guerre au prisme des politiques des reSsources et des crises naTurelles)
(co-)direction de thèses
  • TATY MAKUNTIMA Nadège : Diagnostic des vulnérabilités territoriales et gouvernance des épidémies des maladies infectieuses dans les pays à ressources limitées, cas de la République démocratique du Congo. Modèles développés sur les épidémies de choléra, de la Maladie à Virus Ebola et de la maladie à Corona Virus.
  • SEHILI Farida : La construction de la vulnérabilité territoriale urbaine face aux risques naturels (séisme): cas de la vieille ville de Dellys (Algérie).
  • PIGEOLET Marie : Acteurs, religion et rapport de pouvoir dans la gestion de crise et sa préparation à Lima (Pérou).

Jean-Marie Miossec

Jean-Marie Miossec

Jean-Marie Miossec

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Professeur émérite classe exceptionnelle
spécialité
Géographie
responsabilités

DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Professeur de géographie-aménagement et effectuant aussi des expertises dans ce champ scientifique appliqué, je pratique une géographie totale associant les aspects naturels, humains, économiques, sociétaux, géopolitiques, identitaires et les politiques publiques et privées menées pour aménager ces territoires.

 Le champ géographique privilégié, suivi sans interruption depuis 1971, est la Tunisie où j’ai été en poste à l’université pendant dix ans (1971-1980).

Les investigations sont menées régulièrement également sur l’ensemble du monde arabe (la quasi totalité des pays arabes a été visitée et investiguée lors de missions, la plupart à de nombreuses reprises), avec un focus particulier sur les pays arabes suivants : Tunisie, Liban, Syrie, Algérie, Maroc, Libye, Egypte, Yemen, Djibouti, Somaliland.

La recherche s’articule autour de six axes essentiels :

– Identités et territoires (France, Europe, monde arabe)

– Aménagement, Gouvernance des territoires, Géographie des Territoires (Grands ensembles, Nations, Régions) (France, Europe, Méditerranée, Monde arabe, Afrique de l’Ouest)

– Géographie et aménagement des littoraux touristiques

– Géographie urbaine et urbanisme

– Géographie et géopolitique des mers, des océans et des littoraux

– Géographie du bassin méditerranéen et du monde arabe

terrains d’études

Les aires géographiques et pays :

– Europe, Méditerranée Nord, France, Malte, Allemagne, très partiellement Roumanie, Turquie, Italie, Slovénie, Albanie.

– Monde arabe, Méditerranée Sud, Tunisie, Algérie, Maroc, Syrie, Liban, Egypte, Djibouti, très partiellement Libye, Arabie saoudite, Koweit, Somaliland.

– Afrique de l’Ouest, Sénégal, Côte d’Ivoire, Bénin.

– Singapour

collaborations SCIENTIFIQUES
UEMOA
RECHERCHEs en cours Rédacteur des termes de références de l’appel d’offre international relatif au SDER (Schéma de Développement de l’Espace Régional) de l’UEMOA (Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest)
(co-)direction de thèses
PUBLICATIONS

https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/?q=jean-marie+miossec+&submit=

Philippe LE GRUSSE

Philippe LE GRUSSE

Philippe LE GRUSSE

Membre permanent

  MAIL
Fonction actuelle

Enseignant-Chercheur au CIHEAM-IAMM

Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes

spécialité
Gestion Agricole, Territoires et Environnement
responsabilités
  • Directeur des études du CIHEAM-IAMM
  • Administrateur Scientifique principal du CIHEAM
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Philippe Le Grusse est Enseignant Chercheur au CIHEAM-IAMM depuis 1991, Administrateur Scientifique du CIHEAM depuis 2005. Il a obtenu un Doctorat en Sciences de Gestion (1991) et est (i) diplômé de l’Institut d’Administration des Entreprises, (ii) titulaire d’un Master of Science en développement agricole et a obtenu une (iii) Maîtrise en Biologie des organismes et des populations avec une spécialisation en écologie numérique et modélisation.  Il assure des activités d’enseignement, de recherche et de coopération et a créé et dirige  un Master  sur la «  Gestion Agricole et l’Environnement ». Ces principaux enseignements se situent  dans les domaines du conseil de gestion dans les entreprises agricoles et les territoires agricoles, les techniques de simulation, statistique et analyse des données, analyses typologiques, processus de négociation et de gestion collective, couplages de modèles bio-physiques et économiques, développement et animation de session de « jeux d’entreprise »  sur la gestion de systèmes de production agricole au niveau régional et la gestion des ressources naturelles et des  externalités. Ces dernières années ses travaux se sont orientés sur la gestion des externalités de la production agricole au niveau des territoires, plus spécifiquement sur la gestion des impacts des pesticides. Il est intervenant dans différentes Ecoles, Universités et Institutions : Faculté d’Agronomie de l’Université Libanaise Beyrouth, Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (IAV) Rabat Maroc, Ecole des Mines d’Alès (France), CIHEAM- IAM Saragosse (Espagne).

terrains d’études

France, Algérie, Tunisie, Maroc, Liban, Albanie, Mali, …et autres Pays Méditerranéens membres du CIHEAM

collaborations SCIENTIFIQUES
  • Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (IAV) Rabat, Maroc.
  • Université Agricole de Tirana, Albanie.
  • Faculté d’Agronomie, Université Libanaise, Beyrouth, Liban.
  • -Institut National Agronomique de Tunis, Tunisie.
  • Ecole Nationale Supérieure Agronomique d’Alger, Algérie.
  • Laboratoire Mixte Internationale Dynamique Spatiale des Agents Pathogènes et Risques sur la Santé en Zone Rurale au Mali (LMI Dyn-Pathos), Bamako, Mali.
  • Creda-Upc-Irta : Centre d’économie et de développement agro-alimentaire, fondation de recherche de l’Universitat Politècnica de Catalunya (UPC) et de l’Institut de recherche et de technologie alimentaires et agricoles (IRTA, Institut de Recerca i Tecnologia Agroalimentàries) ; Castelldefels, Espagne.
RECHERCHEs en cours
  • GesPPEIR : (2017-2021) Gestion Eau, Phytosanitaires, Prévisions et Indicateurs de Risques :
  • LAB4SUPPLY  (2021-2024) Programme Prima Section 2 .Multi-agent Agri-food living labs for new supply chain Mediterranean systems. Towards more sustainable and competitive farming addressing consumers’ preferences and market changes.
  • LMI : (DYN_PATHOS (Année de création : 2020). Dynamique spatiale des agents pathogènes et risques sur la santé et l’environnement en zone rurale au Mali)
  • Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée, de l’Université des sciences, des Techniques et Technologies de Bamako (USTTB) ; la Faculté de Géographie de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako (USSGB), l’Institut d’Economie Rurale (IER) et l’IRD.
  • Département sociétés et mondialisation (Département SOC).
  • Département Ecologie, biodiversité et fonctionnement des écosystèmes continentaux (Département ECOBIO).
(co-)direction de thèses

GRIMENE Chaima, Caractérisation spatiale de la vulnérabilité des ressources naturelles et gestion des risques de pollution diffuse liés aux pratiques phytosanitaires agricoles, Géographie et aménagement de l’espace, Université Paul Valéry Montpellier 3, TTSD Ecole doctorale 60

Jean-Paul BORD

Jean-Paul BORD

Jean-Paul BORD

Membre permanent

 

EMAIL
Fonction actuelle
Professeur émérite Université Paul-Valéry Montpellier 3
spécialité
Cartographie
responsabilités
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE
terrains d’études

Méditerranée, Monde arabe, France 

collaborations SCIENTIFIQUES
RECHERCHEs en cours
(co-)direction de thèses
  • Kermiche Sara, co-direction (Bord Jean-Paul, Foufa Amina), Approche comparative des schémas d’aménagement du territoire et des instruments d’urbanisme – cas de Constantine (Algérie) et Montpellier (France)
  • Grimene Chaima, co-direction (Bord Jean-Paul, Philippe Le Grusse), Caractérisation spatiale de la vulnérabilité des ressources naturelles et gestion des risques de pollution diffuse liés aux pratiques phytosanitaires agricoles

Pascal CHEVALIER

MEMBRE  PERMANENT

MEMBRE PERMANENT

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Professeur des universités
spécialité
Géographie rurale et développement local
responsabilités

Scientifiques, administratives, pédagogiques

  • 2017-2020 : Vice Président de l’université Paul Valéry délégué au patrimoine et développement durable (stratégie DDRS).
  • 2015/2018  : Directeur du Département de géographie/aménagement,  Université Montpellier III
  • 2017 : Porteur et responsable du projet d’accord de double diplôme de Master en Aménagement rural entre l’Université Montpellier (Faculté SHSE, Département de géographie) et l’Université de Vilnius. Ouverture du double diplôme prévue en septembre 2017.
  • Depuis 2015 : Responsable du Doctorat d’Architecture, option aménagement, Université Montpellier 3.
  • 2015-2020: Responsable de l’accord-cadre entre l’Université Montpellier 3 et l’Université de Vilnius.
  • Depuis 2015 : Responsable de la mention de master « Gestion des territoires et développement local ».
  • Depuis 2011 : Porteur et co-responsable de la spécialité de Master « Espaces ruraux et développement local » (Mention Aménagement Durable et territoires).
  • Depuis 2016-2020 : Membre élu du Conseil scientifique de l’Université Montpellier 3 et du conseil académique.
  • Depuis 2015 : Membre invité au conseil de Faculté SHSE de l’Université Montpellier, membre du bureau d’UFR (en tant que directeur du département de géographie et aménagement).
  • Depuis 2020 : Membre du jury de l’agrégation interne d’histoire et Géographie.
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Spécialiste de géographie rurale de l’Europe, Je m’intéresse particulièrement aux modalités de mise en œuvre de l’action publique locale (programmes européens de développement rural) et ses effets dans la dynamique du territoire.
terrains d’études France, Europe centrale
collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université de Vilnius,
  • Académie des sciences de Hongrie (MTA/RKK),
  • Université agricole de Tirana, IAMM,
  • Université Charles de Prague,
  • Université de Valencia,
  • Université de Grenade,
  • Conseil régional Occitanie.
RECHERCHEs en cours
  • 2017-2020: Responsable scientifique d’un programme de recherche financé dans le cadre des PHC (MAE, Ministère de la recherche lituanienne), Le rural en Europe : une interprétation différenciée des trajectoires dans les campagnes françaises et lituaniennes (Projet n° 37247RJ Gilibert).
  • 2018-2021: Participation au projet de recherche « Éxitos y fracasos en la práctica del desarrollo rural neoendógeno en la Unión Europea (1991-2013) -Successes and failures in the practice of neoendogenous rural development in the European Union (1991-2013), coordination Eugenio Cejudo García et Francisco Antonio Navarro Valverde – Université de Grenade, recherche financée par le Ministerio de Economía, Industria y Competitividad, dentro su Programa Estatal de Fomento de la Investigación Científica y Técnica de Excelencia,
  • 2018-2021 : Participation au projet SMARTAL « Master in European Innovations for a Sustainable Management of Albanian territories, rural areas and Agriculture”, Programme ERASMUS+, Capacity Building, Porteurs : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (CIHEAM-IAMM), Université Agricole de Tirana (Albanie)
(co-)direction de thèses
  • MAUFRAIS Louis, La transition énergétique des territoires d’Occitanie : un enjeu d’innovations socio-territoriale et de développement rural , Doctorat Géographie et aménagement de l’espace , depuis le 22/10/2019 (financement région) Encadrement 100%.
  • MARTIN Elise, Accueil et bien être des populations vulnérables dans des territoires ruraux en recomposition : la bordure sud du massif central, géographie d’un tiers-espace. , Doctorat Géographie et aménagement de l’espace , depuis le 03/10/2018 (bourse ENS) encadrement 50%.
  • TOURÉ Jean-Marie, Insertion des modèles de développement agricole dans des territoires contrastés au sénégal : analyse des mutations dans la filière rizicole et des dynamiques territoriales , Doctorat Géographie et aménagement de l’espace , depuis le 08/11/2017, encadrement 50%.
  • DELALANDRE Célia (première inscription en 2016 en doctorat de géographie) : Action publique développement local en Russie (Financement Bourse doctorale « handicap » CNRS) (Taux encadrement 100%) Soutenance 2021 (encadrement 100%).
  • INNOCENTI Célia (première inscription en 2016 en doctorat de géographie) : Pauvreté et dynamique rurale en France. Financement : Allocation doctorale, ENS. (Taux encadrement 100%). Soutenance avril 2021 (encadrement 100%).
  • MARKU Roland (première inscription en 2018) : dynamiques pastorales en Albanie. Financement Ministère des affaires étrangères albanais (encadrement 50%).
  • DAFCU Zenepe (première inscription en 2020) : les programmes de développement rural intégrés en Albanie (financement Ministère des affaires étrangères albanais) (encadrement 50%).
  • TUPOLLI Eneida (première inscription en 2020) : les entreprises agroalimentaire et la production ovine en Albanie (auto financement) (encadrement 50%).

Salah Eddine CHERRAD

MEMBRE  PERMANENT

MEMBRE PERMANENT

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle

Professeur des Universités

spécialité

Aménagement du Territoire  –   Aménagement Rural

responsabilités
  • Scientifiques : Directeur du laboratoire de recherche « Aménagement du Territoire »
  • Pédagogiques : Responsable du Master Aménagement rural
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE
  • Docteur d’État en Géographie en 1987, Professeur en 1993.
  • Géographie rurale, urbaine, sociale et géopolitique
  • 4 ouvrages publiés en France et 25 publications dans des revues françaises et étrangères
  • 1 ouvrage publié en Algérie et 31 publications dans des revues algériennes
  • 5 communications dans des colloques internationaux
  • 20 Doctorats soutenus sous ma direction
terrains d’études

Constantinois – Algérie

collaborations SCIENTIFIQUES
Université Paul Valéry, CREAD-Alger
RECHERCHEs en cours projet HTC — L’habitat et ses territoires dans le Constantinois : localisation, formes, évolution et acteurs.
(co-)direction de thèses
  • Seguia  Saoussene : la dynamique urbaine et le management. Cas de la ville de Constantine.
  • Achour-Bouakkaz Nawel : Fabrique de la ville et pratiques spatiales dans la ville nouvelle Ali Mendjeli (Constantine) : Une approche par le genre
  • Ketfi  Soltana : Agriculture et communes rurales dans 3 wilayas d’Algérie du nord-est

Matthieu PÉROCHE

MEMBRE  PERMANENT

MEMBRE PERMANENT

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Maître de conférences
spécialité
Géographie – Gestion des risques naturels et analyse spatiale
responsabilités
  • Membre des WG4 aux GIC CARIBE-EWS et NEAMTWS
  • Membre du WG « Tsunami Ready » au GIC NEAMTWS
  • Membre du CNFG
  • Responsable de plusieurs conventions de partenariat scientifique (DREAL PACA, DREAL Martinique, Collectivité de Saint-Barthélemy)
  • Membre du comité de rédaction / relecteur des revues : collections Georisques et HoPE (Mali)
  • Télépilote drone du laboratoire
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Gestion des risques et des crises : contribution à la planification de gestion crise – retour d’expérience – diagnostic territorial – conception et conduite d’exercices cadres

Acquisition, traitement et représentation de l’information géographique : conception de supports et d’outils pour la diffusion d’informations géographiques – calculs d’accessibilité territoriale – photogrammétrie par drone

terrains d’études

Caraïbes, Mayotte, Maroc, Méditerranée, France métropolitaine 

collaborations SCIENTIFIQUES
  • IOC UNESCO
  • CENALT / CEA
  • DGSCGC
  • Université d’Avignon (UMR ESPACE)
  • Université des Antilles (UMR LC2S)
RECHERCHEs en cours
  • Projet TASOMA : « Optimisation spatiale de l’alerte tsunami en Méditerranée française » (resp. Matthieu Péroche)
  • Projet ANR TIREX : « Transfert des apprentIssages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique (Petites Antilles du Nord – saison cyclonique 2017) » (resp. Frédéric Leone)
  • Projet ANR DEUFI : Detailing Urban Flood Impact (resp. André Paquier)
  • Projet EVACTSU Mayotte :  Planifier les évacuations préventives face au risque de tsunami à Mayotte (resp. Frédéric Leone)
(co-)direction de thèses
  • CANDELA Thomas, Optimisation cartographique dans la gestion des risques et des catastrophes d’origines naturelles et technologiques – Université Paul-Valéry Montpellier 3 (1ère année d’inscription 2018) sous la direction de Frédéric LEONE
  • CARLES Noé, Simulation et évaluation des impacts territoriaux d’une alerte tsunami sur le pourtour méditerranéen – Université d’Avignon (1ère année d’inscription 2020) sous la direction de Johnny DOUVINET

Christophe EVRARD

MEMBRE  PERMANENT

MEMBRE PERMANENT

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle

Maître de Conférences, Département de Géographie-UPVM3

Directeur du cabinet d’études GéoSanté

spécialité
Géographie de la Santé, Outils d’enquêtes, Statistiques
responsabilités
  • Co-direction du Master PROJET (Département de géographie, UFR 3)
  • Co-direction du Master Santé, Territoires, Environnement (département de sociologie, UFR 5)
  • Référent IDEFI (département de géographie) : accroître la réussite des étudiants de 1ère année
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Démographie Médicale ; Risques Sanitaires ; Inégalités Sociales et Territoriales de Santé ; Diagnostic Territorial de Santé
terrains d’études

France, DOM (Mayotte), Afrique (Sénégal, République Démocratique du Congo, Madagascar), Maghreb (Maroc)

collaborations SCIENTIFIQUES
  • Unions Régionales des Professionnels de Santé (URPS) : Médecins libéraux, Infirmiers libéraux, Masseurs kinésithérapeutes, Chirurgiens dentistes, Pharmaciens, Pédicures, podologues, Orthoptistes, Orthophonistes, Sages femmes, Biologistes.
  • Agence Régionale de Santé
  • Assurance Maladie, Ministère de la Santé
  • Communauté Professionnelle Territoriale de Santé (CPTS), Maisons de Santé…
  • Réseau ANACT-ARACT (Agence Régionale pour l’Amélioration des Contions de Travail)
RECHERCHEs en cours Reconstruction historique de données de démographie médicale
(co-)direction de thèses

Co-direction de thèse : AUGEROT Alix : La santé mentale des adolescents et jeunes adultes : approche territoriale des parcours de prise en charge sur le territoire Ouest Hérault

Olivier BOUHET

MEMBRE  PERMANENT

MEMBRE PERMANENT

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle

Maître de Conférences

spécialité
responsabilités

Transport, Mobilités, Réseaux, Géomatique

Enseignant chercheur en géographique des transports, je m’intéresse particulièrement aux mobilités en zones urbaines, aux systèmes de transport en site propre pour l’effet réseau qu’ils génèrent. Le travail de thèse sur le tram-train à travers l’élaboration d’une méthode d’analyse multicritère (AHP) pour l’implantation de ce système venait également souligner les implications de ce mode dans l’évolution des pratiques notamment dans les pratiques multimodales. Plus récemment je me suis intéressé aux pratiques liées au co-voiturage afin d’en étudier les motivations, les raisons et l’association avec les autres modes

DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE
terrains d’études

France

collaborations SCIENTIFIQUES
RECHERCHEs en cours
(co-)direction de thèses

Marc DEDEIRE

Marc DEDEIRE

Marc DEDEIRE

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Professeur des Universités
spécialité
Aménagement des espaces ruraux, développement local, qualification territoriale
responsabilités
  • Scientifiques : Responsable du PIA 3 COMPAS (2020-2030)
  • Administratives : Directeur du SCUIO-IP Université Paul Valéry Montpellier 3
  • Pédagogiques : Co-responsable du master gestion des territoires et développement local, parcours espaces ruraux et développement local
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Marc Dedeire est professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en aménagement de l’espace (Section 24 CNU). Ses recherches portent sur les processus de transformations des espaces ruraux à travers notamment les mutations démographiques et économiques. Il développement une analyse des formes de qualifications territoriales, et des trajectoires des espaces ruraux, en France et sur d’autres terrains, en Lituanie, en Hongrie. Les analyses aboutissement à concevoir des nouveaux outils de politiques publiques et d’actions locales par l’enjeu de l’aménagement qualitatif de l’espace.
terrains d’études

France, Lituanie, Hongrie

collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université de Vilnius (Lituanie)
  • Université de Perpignan
  • Université d’Albi
  • CIHEAM -IAMM
  • Région Occitanie
  • CEREQ Montpellier
RECHERCHEs en cours
  • (2020-2030) Projet COMPAS – construire et murir son projet d’accès au supérieur (PIA 3 Territoire d’Innovation Pédagogique – Ministère de l’enseignement supérieur français et Caisse des Dépôts et Consignation), est un projet d’analyse sur 10 ans des processus de l’orientation des lycéens vers l’université à l’échelle  de la région Occitanie-France (consortium de 14 établissements, 3 laboratoires de recherche, 127 lycées – Portée par l’université Paul Valéry Montpellier 3 – porteur Pr M Dedeire)
  • (2020-2021) Projet SRADETT région Occitanie en collaboration avec les universités d’Albi et de Perpignan, approche de la prospective territoriale des espaces ruraux et des bassins de vie. (Resp : D Giband, univ perpignan).
(co-)direction de thèses
  • Rita JALKH (Université Paul Valéry Montpellier 3) : Entreprises et dynamiques socio-spatiales des produits “MOUNETH” au Liban : logiques Marché/territoire, Thèse de Doctorat de Géographie Aménagement, (1ere inscription Oct 2017), Co-directrice Mélanie REQUIER-DESJARDINS, chercheur et administrateur à l’institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier.
  • Elda MUCO (Université Paul Valéry Montpellier 3) : Analyse du capital territorial par la perspective du capital social. Le cas de deux territoires en Albanie, Thèse de Doctorat de Géographie Aménagement, (1ere inscription Oct 2019), Co-directrice Mélanie REQUIER-DESJARDINS, chercheur et administrateur à l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier.

JC GAILLARD

JC GAILLARD

JC GAILLARD

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Professor of Geography
spécialité
Études des catastrophes
responsabilités
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE JC Gaillard is Professor of Geography at the University of Auckland. His work focuses on power and inclusion in disaster. It includes developing participatory tools for engaging minority groups in disaster risk reduction with an emphasis on ethnic and gender minorities, prisoners, children and homeless people. More details from: https://jcgaillard.wordpress.com.
terrains d’études

Philippines

collaborations SCIENTIFIQUES
RECHERCHEs en cours
  • 2020-2023: Sajag Nepal: Preparedness and planning for the mountain hazard and risk chain in Nepal – Project funded by the the Global Challenges Research Fund (UK Research and Innovation),
  • 2020-2021: ‘Platforms for the inclusion of non-normative genders and sexualities (NNGS) in climate change adaptation policy and action’ – Project funded by the Stockholm Environment Institute’s Strategic Collaborative Fund Phase 2 / Swedish International Development Cooperation Agency,
  • 2017-2022: Child-centered disaster risk reduction: Impacts on community, household and child resilience – Project funded by Save the Children New Zealand.
(co-)direction de thèses
  • Katherine Hore (The University of Auckland, NZ) – Supervisor : People’s participation in disaster risk reduction,
  • Anthony Gampell (The University of Auckland, NZ) – Supervisor : Video games and disasters,
  • Tanay Amirapu (The University of Auckland, NZ) – Supervisor : Wildlife in disaster risk reduction,
  • Khanh Ton (The University of Auckland, NZ) – Supervisor : People with disabilities in disaster risk reduction,
  • Louise Baumann (The University of Auckland, NZ) – Supervisor : Gender in disaster risk reduction,
  • Aditi Sharan (The University of Auckland, NZ) – Supervisor : Gender beyond the binary in disaster,
  • Juan Astaburuaga Peña (The University of Auckland) – Supervisor : Crowdsourcing and discourse of nature in Patagonia-Chile,
  • Alice McSherry (The University of Auckland, NZ) – Co-supervisor : Traditional medicine and cultural identity.

Sylvain PIOCH

Sylvain PIOCH

Sylvain PIOCH

Membre permanent

.

EMAIL
Fonction actuelle
MCF – HDR
spécialité
Aménagement des territoires, Géographie
responsabilités

Scientifiques :

  • Direction projets : Conaquat (FEDER), Agora Aménagement des Territoires REsilients (PIA3/Région Occitanie/CDC), MERCI-Cor (MTES/MOM),
  • Partenaire projets : « Plages en 2050 » (LETG, Géolittomer Nantes, Université de Nantes/Liteau), « Bio-colonisation des matériaux en milieu marin » (Institut Mines Télecom Alès / ARTELIA).

Administratives :

  • Membre élu du conseil d’UFR3,
  • gestion de projets de recherche,
  • gestion du master GLM,
  • membre de plusieurs conseil scientifique (VINCI, MTES-CGDD, DIRM-méd.).

Pédagogiques :

  • Directeur du master 2 Gestion des Littoraux et des Mers (mention GAED),
  • responsable de la formation « La préservation des écosystèmes littoraux et compatibilité des aménagements» au CNFPT Montpellier,
  • co-responsable du module « Gestion intégrée du littoral » Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat.
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Sylvain Pioch, est docteur (2008), Habilité à Diriger des Recherches (2017) qualifiées en géographie (sec. 23) et aménagement de l’espace (sec. 24) ainsi qu’ingénieur écologue (AFIE). Ses travaux de thèses, réalisés en partie au Japon (TUMSTA), portent sur la restauration des habitats marins exploités à l’aide de récifs artificiels et d’approches de gestion intégrée des zones côtières pro-actives. Il a poursuivi ses recherches en Floride dans le cadre d’un post-doctorat à la NOVA University, puis à l’UMR AMURE de l’Ifremer Brest, au sujet des techniques d’ingénierie écologiques côtières et des outils de dimensionnement des mesures compensatoires selon le concept de « no net loss » (Pas de Perte Nette) au sein de la séquence Eviter Réduire et Compenser. Il développe ses travaux sur les instruments et la gouvernance de compensation des impacts anthropiques : banques de compensation côtières, méthodes de calcul des gains et pertes de biodiversité et les techniques de restauration écologique marine. Il travaille actuellement sur les problématiques d’évaluation de la compensation des impacts anthropiques, la réglementation environnementale liée aux aménagements (lois, cadres opérationnels, processus transactionnels), les techniques d’ingénierie écologique (transplants, bouturage, substrats…) et les approches d’aménagement bio-inspirés, NBS ou d’eco-conception des infrastructures maritimes (design, matériaux, habitats artificiels). La co-construciton des projets d’aménagement avec les citoyens, à partir d’outils hybrides mêlant présentiel et numérique (interface « e-debat.fr ») complètent ses dispositifs de recherche en géo-aménagement pour mieux intégrer l’environnement au projet d’aménager la mer. Après 10 ans d’ingénierie en tant que chef de projet environnement, en France et à l’international, il est depuis 2011 maitre de conférence à l’université Montpellier 3 où il enseigne la géographie de l’environnement, l’aménagement des territoires sous l’angle de l’ingénierie territoriale environnementale et l’organisation des socio-écosystèmes littoraux. Il enseigne également à l’ENTPE au CNFPT, à l’Université de Corte (etc.) et à l’étranger à la NOVA University, ou en tant que conseillé de l’académie des énergies renouvelables marines du Japon.

 

Sylvain Pioch is currently a researcher at LAGAM laboratory as associate professor at University Paul-Valéry Montpellier in environmental/urban planning, dedicated to marine and coastal area. After a PhD in coastal geography partly done in TUMSAT (Japan), he continued as a post-doctoral fellow at Nova University (Florida, USA), and IFREMER (France) working on environmental planning, ecological engineering and scoring methods to value gains and losses of ecological functions. He works on issues linked to the mitigation of anthropogenic impacts, green infrastructure (harbor & maritime infrastructures, eco-designed, eco-friendly materials, artificial habitats), governance of mitigation in France and the US (laws & rules, guideline and ref. frameworks, transactional processes) and ecological engineering tools. His last research are focuses on hybrid citizen participatory tools (“e-debat”), in the aim to enhance environmental concerns in land planning. He teaches Graduate students at University Paul-Valéry Montpellier, Nova University (Florida) and in 6 other different training programs (ENTPE, school of civil engineering…)

terrains d’études Zones littorales et côtières France métropolitaine et d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin, Réunion, Mayotte, Nouvelle Calédonie et Polynésie française), Etats Unis (Floride, Caroline du Nord), Caraïbes (Haïti, Barbade), milieux coralliens (Australie, Indonésie, Fidji, Philippines…) et le Japon.
collaborations SCIENTIFIQUES
  • UMR ESPACE, Université Côte d’Azur,
  • LETG, Géolittomer Nantes, Université de Nantes,
  • UMR M2C Morphodynamique Continentale et Côtière, Université de Caen
  • UMR ESPACE-DEV,
  • Institut Mines Télecom Alès, Laboratoire des matériaux,
  • UMR CEFE,
  • INRAe (UMR G-Eau), IFREMER (UMR AMURE), NSU (Floride), North-Carolina, University (Caroline du Nord), Tokyo University of Marine Science (TUMSAT)
RECHERCHEs en cours AATRE (Agora de l’Aménagement des Territoires Résilients), CONAQUAT (connectivité des milieux aquatiques), MERCi-Cor (Méthode pour Eviter Réduire et Compenser les impacts en milieu corallien)
(co-)direction de thèses
  • Jessica Salaün « Analyse socio-écosystémique pour évaluer les récifs artificiels par modélisation du réseau d’acteurs et du réseau trophique. Etude de cas sur trois éco-régions maritimes de France métropolitaines » (Cifre/UMR Morphodynamique Continentale et Côtière, Université de Caen / ALR),
  • Jules Boileau « La planification stratégique de la séquence ERC : Articulation et opérationnalisation à l’échelle des politiques publiques métropolitaines. Contribution des innovations numériques et génétiques dans le passage du concept à la décision politique ». (Cifre/UMR CEFE/Terroïkos),
  • Lisa Macera « Gouvernance environnementale des projets de restauration écologique des mangroves : définition d’indicateurs d’efficacité socio-écosystémiques » (Cifre/UMR ESPACE, Université de Nice / Creocean),
  • Aurore Léocadie « La réparation écologique pour les récifs coralliens, Elément pour nouvelle gouvernance socio-écologique ? » (Région Réunion/ UMR ESPACE-DEV, IRD),

En Post Doc / Ingénieurs

  • Coralie Calvet : Conaquat (LAGAM-UPVM),
  • Virginie Marques : Conaquat (LAGAM-UPVM/CEFE),
  • Norelia Noiseux : AATRE (LAGAM-UPVM),
  • Maëlle Perreira : AATRE (LAGAM-UPVM).

Adrien LAMMOGLIA

Adrien LAMMOGLIA

Adrien LAMMOGLIA

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Maître de conférences
spécialité
Transports ; Mobilités ; Géosimulation ; Afrique
responsabilités
  • Coordinateur Institutionnel zone Afrique

Membre du comité de rédaction / relecteur des revues :

  • Cahiers de géographie du Québec (Canada),
  • Cahiers scientifiques du transport (France),
  • Géotransport (France),
  • Hindawi (UK),
  • HoPE (Mali),
  • Mappemonde (France),
  • Recherche transport sécurité (France),
  • Transport problems (Pologne).
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Docteur en géographie et informatique, je suis spécialiste des problématiques de transport et mobilité. Plus spécifiquement, je travaille sur les transports flexibles et innovants comme les Transports A la Demande et les nouveaux systèmes de transports autonomes et connectés, mais aussi sur les mobilités actives et électriques. D’un point de vue méthodologique, je mobilise les outils de géosimulation (Systèmes Multi-Agents, Systèmes d’Information Géographique…) ainsi que les techniques d’enquête. Enfin, depuis 2010 je suis spécialisé dans la coopération France-Afrique, notamment sur les questions de développement des métropoles africaines.
terrains d’études

France, Sénégal, Cote d’Ivoire, Mali, Algérie

collaborations SCIENTIFIQUES
  • ENTPE, Lyon, France,
  • UMR ESPACE, Avignon, France,
  • UMR CITERES, Tours, France,
  • CODATU, Lyon, France,
  • IGTU, Constantine, Algérie,
  • IGT, Abidjan, Côte d’Ivoire,
  • CIRES, Abidjan, Côte d’Ivoire,
  • USSGB, Bamako, Mali,
  • ESP/LTI, Dakar, Sénégal,
  • CETUD, Dakar, Sénégal,
RECHERCHEs en cours ANR RA Velotactique 2020 – 2021, De l’urbanisme tactique cyclable au changement durable : une comparaison internationale des politiques publiques et des pratiques en contexte de pandémie.
(co-)direction de thèses
  • ADJEROUD Heythem : Mobilité urbaine dans les villes moyennes ; enjeux et perspectives pour la ville de Mila.
  • POISSON Adrien : L’infrastructure cyclable comme levier dans l’utilisation de la bicyclette en milieu urbain : approche par le suivi GPS des cyclistes et la modélisation des réseaux.

Alexandre BRUN

MEMBRE  PERMANENT

MEMBRE PERMANENT

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle

Maître de conférences HDR

spécialité

Géographie, Aménagement, Urbanisme

responsabilités
  • Responsable du Master PROJET (Projets d’aménagements et prospective territoriale),
  • Responsable de la Licence 3 Géographie parcours Aménagement.
DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE Ses travaux portent sur les rapports eaux-territoires. La ville résiliente, l’urbanisme littoral, les politiques de l’eau et la renaturation des territoires ainsi que le risque inondation dans les métropoles sont quelques-uns de ses thèmes de recherche développés en France et au Canada. Il enseigne le projet, l’aménagement et la prospective territoriale en master, la géographie de la France et l’aménagement du territoire en licence. Il a contribué à une douzaine de projets urbains en France au sein d’équipes de maîtrise d’œuvre (études de définition, programmation, etc.) et mené des missions d’expertise pour des collectivités (conseils départementaux, établissements publics…). Il a récemment été auditionné par la Cour des Comptes et le Conseil d’Analyse Economique du Premier Ministre.
terrains d’études Grand Paris, Lyon, Montpellier, Bretagne, littoral d’Occitanie, bassin versant de la Dordogne, Québec, Montréal, Nord du Québec
collaborations SCIENTIFIQUES
  • Membre associé : ARIAction (Adaptation – Résilience – Innovation – Action) Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal,
  • Membre associé : CQEG (Conseil Québécois d’Etudes Géopolitiques) à l’Université Laval,
  • Partenaire de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon et l’Université de Las Palmas au titre d’une convention-cadre avec l’UPVM3.
RECHERCHEs en cours
  • Quand l’eau irrigue à nouveau la ville. Analyse des stratégies territoriales et des projets de renaturation des petites rivières urbaines au Québec,
  • Renouveler le modèle de développement territorial à l’échelle du SCOT Biterrois,
  • Exercice universitaire de prospective territoriale relatif à l’aménagement durable du secteur Ouest de Béziers dans le cadre de l’AMITER.
(co-)direction de thèses
  • Legay Amélie : Projets urbains et pénurie foncière dans les métropoles : le cas du Grand Lyon. Thèse CIFRE (SERL) en codirection avec Laurent Chapelon.

Jean-Philippe CHEREL

Jean-Philippe CHEREL

Jean-Philippe CHEREL

Membre permanent

EMAIL
Fonction actuelle
Ingénieur de recherche en sciences de l’information géographique
spécialité
Cartographie / SIG / traitement d’images
responsabilités

 

DOMAINES DE RECHERCHE ET D’EXPERTISE

Géographe de formation, titulaire d’une thèse de doctorat sur l’utilisation de l’imagerie satellitaire à haute résolution dans le suivi de l’urbanisation en Afrique, j’ai 22 années d’expériences en traitement d’images, SIG et cartographie au sein des différentes équipes de recherche de  l’université Paul Valéry de Montpellier auxquelles j’ai été rattaché (UMR ESPACE, GESTER, UMR GRED, LAGAM).

Je collabore à de nombreux projets scientifiques, en France comme à l’étranger.

Je suis également impliqué dans la formation et le suivi d’étudiants de master et de doctorat, comme responsable de modules de cours en SIG et traitement d’images dans plusieurs universités ou organisme (Université Paul Valéry, Université de Nîmes, Université de Djibouti, IFAO)

terrains d’études

France, Antilles, Maroc, Mali, Sénégal, Tanzanie, Djibouti

collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université de Djibouti (Master Gestion des risques et des catastrophes), Djibouti
  • Institut de Recherche pour le développement (IRD)
RECHERCHEs en cours
  • TANZARISQUES
  • Dyn_Pathos
(co-)direction de thèses

 

 

Membres associés

Emna Genty Jedidi

Emna Genty Jedidi

Emna Genty Jedidi

Membre associé

 

EMAIL emna.jedidi@gmail.com
Fonction actuelle

– Responsable du service urbanisme et aménagement-Ile de France

– Consultante junior urbanisme et aménagement – France

DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Gouvernance urbaine

– Projet urbain

– Développement Durable

Docteur en aménagement de l’espace à l’Université Paul Valéry Montpelier III en 2017, diplômée d’un Master Erasmus Mundus EURMed de l’Université d’Aix Marseille en 2010 et de formation en architecture, urbanisme et aménagement de l’université de Carthage. Je suis Lauréate du Programme Atlas de la FMSH et UMRLADYSS (postdoc) sur la démocratie participative.

Enseignante universitaire titulaire en détachement de l’université de Carthage. Pendant 5 ans, j’ai assuré des TDs, cours et ateliers niveau licence sur le développement urbain, les projets urbains et  les outils d’aménagement. J’ai encadré des mémoires de fin d’études et membre de jury de soutenances des mémoires (mobilité douce, valorisation urbaine, programmation immobilière,…). J’ai aussi été enseignante invitée à l’université Paul Valéry dans le cadre du Programme de recherche et d’enseignement en mobilité avec l’axe 2  (Gouvernance des ressources et des territoires) UMR GRED.

J’ai intégré des collectivités teritoriales à l’étranger et en région Ile-de-France (SEM, collectivités locales,…) sur des projets urbains (PPP, NPNRU,…), d’aménagement (ZAC, PUP,…) et de planification urbaine (PLU, PLUi, ADS,…). J’encadre aussi des étudiants en alternance niveau master dans l’objectif de recherche-action.

En parallèle, j’exerce en tant que consultante-conseillère en développement territorial.

terrains d’études Méditerranée, France
collaborations

– Université de Carthage- Tunisie : enseignante universitaire en détachement

– Lauréat du Programme Atlas du postdoctorat financé par FMSH-UNIMED et accueillie par UMR Ladyss « Les projets urbains et la démocratie participative : Expériences et outils »-ILE DE FRANCE

– GERAD- DAKAR

PUBLICATIONS https://cv.archives-ouvertes.fr/emna-genty-jedidi

Ali El Samad

Ali El Samad

Ali El Samad

Membre associé

 

EMAIL

ali.samad@ul.edu.lb

Fonction actuelle

Directeur Général du Ministère de la Culture (Liban)

Professeur de Géographie à l’Université Libanaise

DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Géographie politique,

Géopolitique

terrains d’études

Liban

Monde Arabe

collaborations
PUBLICATIONS

Fadila Kettaf

Fadila Kettaf

Fadila Kettaf

Membre associé

 

EMAIL fkettaf@yahoo.fr
Fonction actuelle MCF HDR au Département d’architecture, Université des sciences et de la technologie d’Oran (USTO-MB)
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Urbanisme et aménagement de l’espace, architecture

Mots clés : morphologie urbaine, espaces publics, projet urbain, gouvernance, jeux d’acteurs

 

Fadila Kettaf est architecte (1987) et docteure (2013) en géographie et aménagement de l’espace, Habilitée à Diriger des Recherches (2020). Sa thèse avait pour objet l’étude de la fabrique des espaces publics d’Oran (Algérie), abordée sous le triple aspect : la place dans la ville, le traitement des espaces publics dans la planification et les usages contemporains de ces espaces. Ses travaux de recherche continuent sur l’exploration des pratiques urbanistiques actuelles qui sont examinées sous le prisme de deux thèmes clés du projet urbain contemporain : la gouvernance urbaine et le renouvellement des tissus constitués. Pour la problématique de la gouvernance, ses travaux portent sur deux types de recherche. Le premier examine les outils d’aménagement et leur impact dans la production et la gestion des espaces publics. Le deuxième traite de la réhabilitation des quartiers anciens d’Oran et analyse les documents d’urbanisme et les jeux d’acteurs impliqués, mettant en évidence la difficile gouvernance. Cette problématique l’amène à entreprendre l’étude des nouvelles insertions des immeubles-tours dans ces quartiers pour examiner leur effet sur le paysage urbain, analysé dans sa double échelle du volume urbain et des bâtis encadrant des rues et dans son rapport à l’espace du piéton. Elle a récemment entrepris une recherche sur le projet urbain « Jeux méditerranéens d’Oran 2022 », la participation citoyenne et les « outils de l’action ».

terrains d’études Algérie, France
collaborations

LAGAM

SAH (Society of Architectural Historians)

PUBLICATIONS

Lien Hal: https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01084752/

 Lien Google Scholar :

https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=fadila+kettaf&oq=fadila+ketta

Lien Isidore : https://isidore.science/a/kettaf_fadila

Karl Hoarau

Karl Hoarau

Karl Hoarau

Membre associé

 

EMAIL karl.hoarau@cyu.fr
Fonction actuelle Maître de conférences en géographie au laboratoire M.R.T.E., Cergy Paris Université
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Mots clés : Cyclones tropicaux extrêmes – Modes de variabilité de l’activité cyclonique – Cyclones et changement climatique – Risques cycloniques

Karl Hoarau est maître de conférences au département de Géographie de l’Université de Cergy Paris. Il a été directeur de département (2009-2012), responsable d’un parcours de Master (2006-2010), « Territoires et Acteurs du Risque, Analyses Comparées (TARAC) », et élu au Conseil Scientifique de l’Université de Cergy-Pontoise (2008-2012). Ses recherches portent sur l’analyse de l’intensité des cyclones tropicaux à partir de l’imagerie satellitaire dont l’archivage est continu depuis le début des années 1980. Cette homogénéisation des données facilite la comparaison de l’intensité des cyclones, par bassin océanique et à l’échelle du globe.  Ses travaux concernent aussi les modes de variabilité de l’activité des cyclones tropicaux (les influences d’El Niño ou La Niña, du dipôle de l’Océan Indien, des oscillations décennales ou multi-décennales de la température des océans). Une meilleure compréhension de ces différents cycles permettrait aussi de préciser l’influence du changement climatique actuel sur l’activité des cyclones tropicaux extrêmes (catégories 4 et 5, vents à partir de 215 km/h ou 115 nœuds). Son vécu des cyclones (à La Réunion, aux Philippines, et en Floride) a enrichi ses connaissances des risques associés à ces aléas destructeurs.

terrains d’études Les bassins cycloniques du globe (océans Pacifique, Indien, Atlantique), îles et littoraux associés
collaborations

– Indian Institute of Tropical Meteorology, Pune, India

– University of Guam (UOG), Marianas Islands, USA

– National Weather Service, Guam, Marianas Islands, USA

– PAGASA (Philippines Atmospheric, Geophysical and Astronomical Services Administration), Quezon City, Philippines

PUBLICATIONS Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/profile/Karl-Hoarau

Julien ADI

Julien ADI

Julien ADI

Membre associé

 

EMAIL julien.adi@sudhemisphere.com
Fonction actuelle

Responsable de R & D  & chargé de formation à Calemco

Technico-commercial à Calvet Agrofournitures

Gérant de SudHemisphère

DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Gestion & coordination de projets humanitaires (Eaux, assainissement & hygiène)

Agro-alimentaire

terrains d’études Afrique & Asie
collaborations Professeur associé du Master en Ecologie des Maladies infectieuses, Aléas naturels et Gestion des Risques (ECOM-ALGER) depuis 2014 à nos jours : Principes d’élaboration & d’évaluation d’impacts de projets

Khalid MEHDI

Khalid MEHDI

Khalid MEHDI

Membre associé

 

EMAIL k.mehdi@usms.ma
Fonction actuelle Doyen de la Faculté Polydisciplinaire de Khouribga
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Mots-clés : Glissements de terrains, effondrement, érosion côtière, submersion marines

Domaines de compétences :

  • Géologie et géophysique appliquée aux Risques naturels, aux ressources naturelles, gestion intégrée des zones côtières (GIZC)
  • Impact des changements climatiques sur les ressources en eau des zones côtières et leurs conséquences sur le développement durable
terrains d’études Littoral Atlantique du Maroc
collaborations UR LAGAM
PUBLICATIONS

Lien Researchgate : https://www.researchgate.net/profile/Mehdi-Khalid

Lien Google Scholar : https://scholar.google.fr/citations?user=FicqKgEAAAAJ&hl=fr

 

Marianne DE OLIVEIRA

Marianne DE OLIVEIRA

Marianne DE OLIVEIRA

Membre associé

 

EMAIL marianne.de-oliveira@univ-montp3.fr
Fonction actuelle

Fonction : chef de service Aménagement Durable et Economie du Littoral – Région Occitanie

PAST – UFR3 Université Paul Valéry Montpellier 3

Organisme de rattachement : UR LAGAM

DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

 Mots-clés : Gestion des risques naturels et technologiques, jeux d’acteurs, gouvernance territoriale, planification, aménagement des territoires

Compétences :

– participation à la définition des politiques publiques environnementales et mise en œuvre de projets

– mise en place et animation de réseaux d’acteurs économiques et des partenaires institutionnels

– encadrement des agents, animation, suivi, supervision, évaluation

– élaboration et suivi budgétaire

– rédaction de documents stratégiques et documents opérationnels

– suivi de l’activité des directions concernées par les projets

– participation aux instances de direction et de décisions

terrains d’études
Occitanie
PUBLICations  https://www.meissonier.fr/cv/jury.php?noeud=jurys_theses&id=0

 

Loïc LE DE

Loïc LE DE

Loïc LE DE

Membre associé

 

EMAIL Loic.le.de@aut.ac.nz
Fonction actuelle

Senior Lecturer, Faculty of Health and Environmental Sciences

Coordinator of Master of Disaster Risk Management and Development

Organisme de rattachement : Auckland University of Technology (AUT)

DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE Mon domaine de recherche inclut la réduction des risques de catastrophes, la participation pour le développement et laréduction des risques de catastrophes, les migrations et les aides des communautés transnationales en temps de catastrophe. Mon travail/recherche est porté sur la création du dialogue et renforcer la collaboration entre populations locales et organisations dont le rôle est la réduction des risques de catastrophes. Ces 10 dernières années, j’ai travaillé principalement dans le Pacifique, particulièrement au Samoa, Tonga, Vanuatu, Nouvelle Calédonie et Nouvelle Zélande.  
terrains d’études Région Pacifique
collaborations
PUBLICATIONS Lien Google Scholar : https://scholar.google.co.nz/citations?user=R3z4i8kAAAAJ&hl=en&oi=sra

Driss ZEROILI

Driss ZEROILI

Driss ZEROILI

Membre associé

 

EMAIL

drissgeo@gmail.com

Fonction actuelle

Responsable data et géomatique à la Direction territoriale SNCF RESEAU Occitanie

DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE Géographie – Géomatique – Data
terrains d’études France
collaborations

Direction territoriale SNCF RESEAU Occitanie (Montpellier – Toulouse – France)

LAGAM

PUBLICATIONS Driss Zeroili, 2014. Contribution de la cartographie et des Systèmes d’Information Géographique (S.I.G) à la gestion urbaine : cas de la ville de Mohammedia au Maroc. Thèse de géographie et aménagement de l’espace – Montpellier. 276 pages.

Chloé YVROUX

Chloé YVROUX

Chloé YVROUX

Membre associé

 

EMAIL chloeyvroux@gmail.com
Fonction actuelle Géographe Cartographe Géomaticienne Indépendante
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Géographie sociale

Cartographie

Cartographie mentale

terrains d’études Israël – Palestine
collaborations LAGAM
PUBLICATIONS

Lien HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/?q=%2A&authIdHal_s=chloe-yvroux

Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/scientific-contributions/Chloe-Yvroux-2057577937

 

Tahar KHARCHI

Tahar KHARCHI

Tahar KHARCHI

Membre associé

 

EMAIL taharkharchi@gmail.com
Fonction actuelle Enseignement vacataire à l’université de Sétif 1 (Algérie)
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE Mots clés : Géographie urbaine, Géographie de la mobilité et des transports, Analyse spatiale, SIG, SGBD

Tahar Kharchi enseigne à l’université de Sétif 1 les Systèmes d’Information Géographique, la géographie des transports, l’économie des transports  pour le Master Economie et Gestion des Transports.

Ses compétences en géomatique sont la cartographie, l’analyse spatiale, la gestion de bases de données géographiques; en informatique, il développe sous Java et Python, et maîtrise le langage UML.

terrains d’études Montpellier et Sétif
collaborations Université de Stéif 1 en Algérie
PUBLICATIONS Kharchi (Tahar), 2021, Mobilité, transport et organisation de l’espace dans la métropole de Montpellier. Essai de modélisation par les données de téléphonie mobile et l’accessibilité des scolaires. Thèse de doctorat, Université Paul Valéry Montpellier 3, 368 pages. 

Dominguès (Catherine) et Kharchi (Tahar), Map Classification according to their Visual Global Properties, 26th International Cartographic Conference, 25th-30th august 2013, Dresde (Allemagne), Publié dans les Actes de l’International Cartographic Association, 2013, 10 pages.
https://icaci.org/files/documents/ICC_proceedings/ICC2013/_extendedAbstract/367_proceeding.pdf

Kharchi (Tahar), L’offre intermodale de transport de Montpellier : un exemple d’une ville française, Colloque international « Urbanisation et mobilité » (Paris 7 – Sétif 1), 18-19 octobre 2014 à Sétif, Communication avec actes (22 pages)

À paraître : Kharchi (Tahar) et Miossec (Jean-Marie), La théorie des transports, Présentation et traduction de l’ouvrage de Cooley (Charles Horton) [1894], L’Harmattan, 140 pages (en préparation)

Fernanda MOSCARELLI

Fernanda MOSCARELLI DA CRUZ

Fernanda MOSCARELLI DA CRUZ

Membre associé

 

EMAIL fe_moscarelli@yahoo.com.br
Fonction actuelle Attachée Temporaire d’Enseignement et Recherche – ATER  au département de Géographie et Aménagement, Université Paris Nanterre
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Mots clés : Gouvernance, Environnement, Aménagement Urbain, interventions urbaines, placemaking méthodologies, participation citoyenne, quartiers précaires, risques d’inondation.

 Issue d’un parcours académique et professionnel dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme, je me suis graduellement intéressée à l’étude des représentations des acteurs et de l’organisation des réseaux de gouvernance, ainsi que de l’analyse des politiques territoriales de caractère environnemental,  intersectoriel et transfrontière, faite au cours des Masters, du Doctorat et des deux Post-doctorats. Ces intérêts sont également présents dans mon parcours professionnel associant recherche et enseignement. Mon parcours recherche est riche et divers, présentant trois points d’adhérence. Initialement, mes recherches orbitent autour de trois grandes thématiques et à leur interface : (a) urbanisme et aménagement, (b) gouvernance, (c) participation citoyenne. Elles se caractérisent par multiples terrains de recherche, résultants de ma proximité pendant mes études ou ma carrière professionnelle, dont je souligne la région métropolitaine de Porto Alegre et les municipalités de Passo Fundo et Pelotas, au Brésil ; l’agglomération de Montpellier et la Région Urbaine de Grenoble en France. Plusieurs études comparatives ont été réalisées utilisant comme terrain la France et le Brésil, mais aussi l’Argentine, l’Uruguay et, très ponctuellement l’Italie. Ces études présentent aussi une forte vision multiscalaire, qui va du bâtiment et son environnement immédiat aux quartiers, villes, métropoles et régions.

terrains d’études France, Brésil, études comparatifs France-Brésil, Brésil- Latino-Amérique
collaborations

IMED

Facultés Meridionales

UniRitter

Université Fédérale du Rio Grande do Sul

PUBLICATIONS

Lien HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/?q=%2A&authFullName_s=Fernanda+da+Cruz+Moscarelli

Lien Research Gate : D-3963-2016

Lien Google Scholar : https://scholar.google.com/citations?user=-3K4iiUAAAAJ&hl=en

Lattes (Brésil) : http://lattes.cnpq.br/9914381304897211

 

Houda BAÏR

Houda BAÏR

Houda BAÏR

Membre associé

 

EMAIL bair_houda@yahoo.com
Fonction actuelle Maître-assistante à l’université de Tunis
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Mots clés : Histoire de la cartographie, histoire de la Tunisie, aménagement du territoire

Houda Baïr est maître-assistante d’histoire à l’Université de Tunis. Ses travaux portent principalement sur l’histoire de la cartographie au XIXe siècle, en particulier en Tunisie. Ils prennent en compte le rôle qu’ont joué les cartographes dans la connaissance du territoire, l’évolution de son organisation politique et administrative, la construction d’une identité nationale, l’hybridation du savoir savant et du savoir vernaculaire ainsi que l’amorce du processus de colonisation. Ils portent également sur l’émigration française en Tunisie, après l’instauration du Protectorat en 1881, notamment l’émigration agricole à la suite du passage d’une colonisation d’exploitation à une colonisation de peuplement. Dans une perspective interdisciplinaire, H. Baïr analyse aussi les enjeux du projet de régionalisation ainsi que de la politique d’aménagement du territoire dans le contexte post-révolution de 2011 et de l’adoption de la constitution de 2014.

terrains d’études Tunisie
collaborations Membre du Laboratoire Diraset – études maghrébines,Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université de Tunis
PUBLICATIONS Lien sur HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/houda-bair

 

Bouh OMAR ALI

Bouh OMAR ALI

Bouh OMAR ALI

Membre associé

 

EMAIL

bouh1986@gmail.com

bouh_omar_ali@univ.edu.dj

Fonction actuelle Maître de conférences au Département de Géographie, Université de Djibouti
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Mes travaux de recherche portent sur plusieurs thématiques qui ont émergé dans le cadre de ma recherche doctorale. Dans un premier temps, il s’agit d’entretenir et de mettre à jour régulièrement la base de données BDCanaca (Base de Données sur les Catastrophes naturelles dans la corne de l’Afrique) construite dans le cadre de ma thèse. L’analyse des informations de cette base de données montre une recrudescence des catastrophes naturelles au cours des dernières décennies dans la région de l’IGAD (Corne de l’Afrique). Les pays de la région sont marqués par une forte vulnérabilité qui s’explique par plusieurs facteurs qui sont d’ordre socio-économiques et politiques.

Notre approche de recherche vise à comprendre la relation entre risque, catastrophe et développement. Il s’agit de saisir le rôle du développement dans l’explication des conséquences des catastrophes naturelles et du niveau de la vulnérabilité des communautés urbaines et rurales des pays de la région de l’IGAD.

Ensuite, l’étude de la vulnérabilité des enjeux humains et économiques exposés au risque d’inondation a permis de développer une méthodologie d’évaluation de la vulnérabilité adaptée à des contextes marqués par des conditions de vie dégradées et des outils d’aide à la décision. Cette méthodologie qui se veut transposable pourrait-être appliquée dans d’autres villes de la région de l’IGAD qui sont très concernées par le risque inondation. Il s’agit des villes concentrant d’importants enjeux humains et économiques menacés par les inondations.

Enfin, notre recherche propose à développer des outils d’aide à la décision qu’il faudra mettre à la disposition des autorités des villes étudiées. Nous poursuivons ainsi la réflexion qui a été développée dans le cadre de mes travaux de thèse permettant la conception des outils pour une meilleure gestion des crises en développant une méthode d’estimation des enjeux humains et économiques menacés par les inondations.

Actuellement, mes travaux portent sur les impacts sanitaires et socio-économiques de la pandemie Covid 19 sur les communautés urbaines et rurales. Il s’agit d’évaluer les impacts de cette pandemie sur les moyens de subsistence des populations par le biais des missions de terrain en Somalie et en République de Djibouti.

terrains d’études

– Région de l’IGAD (Afrique de l’Est)

– République de Djibouti

– Dire-Dawa (Éthiopie)

– Somaliland

collaborations
PUBLICATIONS Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/bouh-omar-ali

Fabienne NOTARIO GAFSI

Fabienne NOTARIO GAFSI

Fabienne NOTARIO GAFSI

Membre associé

 

EMAIL Fabienne.ng@yahoo.com
Fonction actuelle Chercheuse rattachée / Enseignante à  IDHES CNRS (UMR 8533) / IUT- Université d’Evry Val d’Essonne
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Mots clés : Géopolitique de l’eau, Risque, Adaptation, Environnement

– Management environnemental

– Gouvernance et territoire

– Aménagement des territoires et développement durable des espaces urbains et ruraux (organisation territoriale française, enjeux, institutions et acteurs, …)

– Gestion des risques et adaptation

– Changement climatiques

– Géopolitique et conflits autour de la ressource en eau

– Géographie du tourisme et frontières

– Géographie des échanges (flux matériels et immatériels, flux migratoires et frontières, les intégrations régionales, grandes infrastructures de transport et de plateformes intermodales, portuaires, aéroportuaires…)

– Maîtrise des logiciels de cartographie

– La prospective stratégique et l’analyse des jeux d’acteurs

terrains d’études
France, Méditerranée, Région MENA (Middle East and North Africa)
collaborations

IDHES CNRS (UMR 8533), Paris Saclay-Evry, France

– Union internationale de la Presse Scientifique, Paris, France

– Global Future College, Paris, France

PUBLICATIONS

Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/dr-fabienne-notario-gafsi

Lien Researchgate : https://www.researchgate.net/profile/Fadia-Gafsi

Global Future College  http://www.global-future-college.org/fr/equipe-global-future-college/chercheurs-associes

Moulay Abdelouahed OUFKIR

Moulay Abdelouahed OUFKIR

Moulay Abdelouahed OUFKIR

Membre associé

 

EMAIL oufkirmoulay@yahoo.fr
Fonction actuelle Assistant socio-éducatif au Conseil Départemental de l’Hérault
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

 – Mutation du monde oasien

– Espaces périphériques et frontaliers

– Paysannerie et nomadisme

terrains d’études
Sud-Est marocain
collaborations Université Mohammed V de Rabat  Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Laboratoire « Ingénierie du Tourisme, Patrimoine et Développement durable des Territoire » (LITOPAD), Maroc
PUBLICATIONS
Moulay Abdelouahed Oufkir « Changements socio-économiques et recompositions territoriales dans le bassin du Guir (Sud(Est marocain) (Effets des politiques publiques et des initiatives individuelles et collectives) Résumé de thèse, Revue GéoDév.ma, Volume 8 (2020), en ligne : https://revues.imist.ma/index.php/GeoDev/article/view/22726/12124
Moulay Abdelouahed Oufkir « Les territoires de l’outarde au Maroc : du nomade à la mondialisation via les émiratis » Revue GéoDév.ma, Volume double 6-7 (2018-2019), en ligne : https://revues.imist.ma/index.php/GeoDev/article/view/16417/9050

 

Oussama MGHRIBI

Oussama MGHIRBI

Oussama MGHIRBI

Membre associé

 

EMAIL oussama.mghirbi@gmail.com
Fonction actuelle

Chargé de recherche à l’ Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (CIHEAM-IAMM)

DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Domaine de recherche : Agronomie; Environnement; Agro-écologie; Gestion des ressources naturelles; Gestion agricole et territoires; Sciences humaines et sociales et sciences de l’environnement; Géographie et aménagement.

Domaines d’expertise : Gestion des ressources naturelles et préservation des eaux et du sol. Gestion de la pollution diffuse liée aux pratiques phytosanitaires et développement d’indicateurs. Modélisation technico-économique et conception d’outils d’aide à la décision en agriculture/environnement. Agriculture de précision, Smart agriculture, Intelligence Territoriale. Cartographie des risques de la pollution diffuse d’origine agricole, aménagement territorial et SIG.

terrains d’études
France, Tunisie, Maroc, Mali, Liban, pays méditerranéens
collaborations

– IAV Hassan II, Rabat, Maroc

– IRD Mali, Bamako, Mali

– Université Libanaise, Bierut, Liban

– INRGREF, Tunis, Tunisie

PUBLICATIONS

Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/oussamamghirbi

Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/profile/Oussama_Mghirbi2

Lien Google Scholar : https://scholar.google.com/citations?user=c4mY2RAAAAAJ&hl=fr

Autre : https://www.iamm.ciheam.org/ressources/opac_css/index.php?lvl=etagere_see&id=108

Stéphane LOUBIE

Stéphane LOUBIE

Stéphane LOUBIE

Membre associé

 

EMAIL stephane.loubie@gmail.com
Fonction actuelle Chef du service « Mobilité durable » au Département de l’Hérault
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

 Mots clés : système de mobilité, mobilité durable, mobilités alternatives, aménagement rural et périurbain, gouvernance.

Stéphane Loubié est responsable de la mobilité durable au sein d’une collectivité départementale. Ses compétences développées durant différentes expériences professionnelles tant dans le domaine privé (environnement littoral, milieux portuaires, filières maritimes) que public (aménagement, urbanisme, transports et mobilité), ainsi que la préparation d’une thèse sur la « Mobilité durable périurbaine » démontre son intérêt dans l’articulation des pratiques en aménagement du territoire. Il est par ailleurs intervenant universitaire en master 2 « Transport, mobilités et réseaux » de l’Université Paul-valéry de Montpellier 3. Il participe actuellement à différents travaux de recherche en cours de publication portant sur le covoiturage, le partage de voirie et la gouvernance des mobilités.

terrains d’études Espace méditerranéen, zones rurales et périurbaines
collaborations

2019 : Membre du comité d’organisation du colloque international « Les mobilités émergentes : nouvelles pratiques et conséquences socio-spatiales » des 10 et 11 Octobre 2019 organisé par l’Université Paul-Valéry de Montpellier 3. UMR GRED (Gouvernance, Risques, Environnement, Développement) UPVM3/IRD.

2012 : Membre du comité d’organisation du colloque international « L’intermodalité en questions : durabilité, accessibilité, mobilité » organisé les 6 et 7 juin 2012 par l’Université Paul-Valéry de Montpellier 3. UMR GRED (Gouvernance, Risques, Environnement, Développement) UPVM3/IRD

PUBLICATIONS  Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/stephane-loubie

Aziza GHRAM MESSEDI

Aziza GHRAM MESSEDI

Aziza GHRAM MESSEDI

Membre associé

 

EMAIL

ghramaziza@gmail.com

Aziza.GHRAM@fshst.u-tunis.tn

Fonction actuelle Maitre assistant à l’université de Tunis. Faculté des sciences humaine et sociales de Tunis
DOMAINES DE RECHERCHES ET D’EXPERTISE

Mots clés : géomorphologie, risque de désertification, géotourisme, télédétection, SIG

– Cartographie des paysages géomorphologiques et valorisation géotouristique

– Etude de la dynamique des paysages géomorphologiques : Le risque de désertification en milieux arides : l’apport de la télédétection et le SIG dans l’étude de la dynamique des paysages morphologiques à différentes échelles de perception

terrains d’études Sud Tunisien
collaborations

– Membre du Laboratoire de Cartographie Géomorphologique, des Milieux, des Environnements et des Dynamiques (CGMED), A la faculté des sciences humaine et sociale de Tunis

– Collaboration avec L’université de Lausanne lInstitut de géographie et durabilité – FGSE. Géopolise 

PUBLICATIONS

Lien HAL :  https://aurehal.archives-ouvertes.fr/author/read/id/1592424

Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/profile/Aziza_Messedi

Autre : https://doi.org/10.1007/978-3-319-54021-4_21

Doctorants

Thomas CANDÉLA

Thomas CANDÉLA

Thomas CANDÉLA

Doctorant

 

EMAIL thomas.can@hotmail.fr
titre de la thèse Optimisation cartographique pour la gestion des risques et des crises majeurs : le cas de la cartographie rapide des dommages post-catastrophes
terrains d’études International
(co-)directeurs Frédéric Leone et Matthieu Péroche
ORIGINE DU financement Cifre
année d’inscription 2017
résumé de la thèse

Ce projet de thèse prend sa source dans la nécessité croissante d’intégrer des outils de gestion de risques et de crises efficaces face à une augmentation de l’impact des catastrophes. La cartographie, outil opérationnel aux applications multiples (informatives, modélisations, enjeux, etc.), permet d’optimiser, à travers les SIG (Systèmes d’Information Géographique), la prise de décisions face à la multiplicité de ces événements majeurs.

Parmi ces supports cartographiques, les cartes de dommages post-catastrophes jouent, depuis quelques années, un rôle essentiel dans la prise de décision. Ces productions s’inscrivent dans le cadre de programmes internationaux (charte internationale espace et catastrophe majeures) et régionaux (Copernicus) dans lesquels opèrent de nombreux services (SERTIT, DLR, UNOSAT, etc.). Ces derniers sont déployés afin de réaliser des missions de détection et d’inventaire des dommages grâce aux imageries satellitaires très peu de temps après la survenue d’un événement.  Ces missions aboutissent à la réalisation de cartes fournissant des informations sur l’ampleur d’une catastrophe et permettant de dimensionner au mieux les réponses opérationnelles locales et internationales. Malgré leur grande utilité dans les processus opérationnels, ces représentations cartographiques font état d’une forte hétérogénéité dans les pratiques, notamment du point de vue international. Des cas concrets comme le séisme de Haïti en 2010 ou plus récemment le cyclone Irma en 2017 interrogent sur les risques induits d’une diversité des techniques, chartes colorimétriques, types d’informations affichés dans l’interprétation des différents utilisateurs impliqués.

Face à ce constat, notre recherche a pour objectif d’approfondir nos connaissances sur la cartographie rapide des dommages post-catastrophes, de comprendre et de caractériser la diversité des représentations visuelles observés à l’échelle internationale et d’en mesurer l’impact sur les processus de lecture de la carte. À partir de ces premiers retours d’expériences, il s’agit de proposer des solutions cartographiques intégrées pour plusieurs gammes d’utilisations, à plusieurs échelles et pour plusieurs utilisateurs locaux de la prévention des risques. Ce travail aboutit à la réalisation d’un prototype exploitant notamment les préceptes fondamentaux de la sémiologie graphique et de la cartographie. Les capacités du prototype sont testées et comparées à un échantillon représentatif des méthodes d’agréation employées dans la cartographie post-catastrophe. Pour cela, nous privilégions une approche utilisateur centrée sur la mesure des capacités cognitives et sensorielles. Elle se concrétise par deux expériences utilisateurs utilisant des protocoles de mémorisation d’une part et de suivi oculaire d’autre part.

Cette thèse s’engage dans une continuité des recherches et des expertises menées conjointement par l’UR LAGAM et le bureau d’études RisCrises, porteurs de ce projet.  En outre, le projet bénéficie d’un contexte et d’un encadrement scientifique et technique favorables. Supporté par Frédéric Leone (directeur de thèse et directeur de l’UR LAGAM) ainsi que de Lamssalak Hoilid (Directeur du BE RisCrises), le projet implique de nombreuses retombées positives au travers de ce partenariat public/privé. Elles offrent des possibilités pour le développement de solutions cartographiques opérationnelles très recherchées par les services de l’Etat en matière de planification des risques et des crises (Direction de la Sécurité Civile en particulier, Ministère de l’Environnement).

collaborations SCIENTIFIQUES
PUBLICATIONS

Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/thomas-candela

Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/profile/Thomas_Candela2

Lien Google Scholar : https://scholar.google.com/citations?hl=fr&user=z-67ww0AAAAJ

Lien Linkedin : https://www.linkedin.com/in/thomas-candela-548784a8/

 

Samuel BATTUT

Samuel BATTUT

Samuel BATTUT

Doctorant

EMAIL samuel.battut@univ-montp3.fr
titre de la thèse Vulnérabilité territoriale des petits états insulaires en développement (PEID) face aux évènements hydrométéorologiques extrêmes dans un contexte de changement climatique : déconstruction et nuancement des narrations dominantes. Les cas de la Dominique et de Sainte-Lucie (Petites Antilles).
terrains d’études La Dominique, Sainte-Lucie (Petites Antilles)
(co-)directeurs Tony REY
ORIGINE DU financement Contrat doctoral
année d’inscription 2019
résumé de la thèse

Il est maintenant admis que le réchauffement climatique global tend à renforcer l’intensité des évènements hydrométéorologiques tels que les cyclones et les inondations dans la zone intertropicale. L’augmentation de la température des masses atmosphériques et océaniques a tendance à renforcer les systèmes dépressionnaires, qui ont besoin de suffisamment de chaleur pour se former et se maintenir. L’élévation du niveau des océans amplifie de surcroit l’exposition des zones côtières aux aléas marins des cyclones. Ces phénomènes ont tendance à s’accélérer parallèlement à l’intensification croissante de l’empreinte des activités humaines sur les milieux et les écosystèmes. Ainsi, le changement climatique global a pour effet d’exacerber des risques préexistants tout y en ajoutant une dimension graduelle avec une part significative d’incertitudes.

Bien que ne constituant qu’une des variables composant le risque, le niveau d’intensité des aléas peut jouer un rôle significatif dans la production d’une catastrophe. Il influence le degré potentiel d’endommagement des aménagements et influence la dangerosité des zones concernées pour les personnes exposées. Par exemple, les vents cycloniques engageront différemment la capacité de résistance mécanique des habitations ou de la végétation selon leur vitesse. En outre, l’expérience d’un évènement extrême par un territoire qui n’a jamais vécu (ou plus vraisemblablement il y a très longtemps) un niveau d’intensité aussi élevé peut s’avérer désastreuse si les mesures de gestion du risque ne sont pas calibrées en accordance avec ce type d’évènement.

Cette situation nous pousse à nous demander quelles peuvent être les réponses des territoires face à des perturbations croissantes engendrées par des évènements extrêmes, et, par conséquent, quelle est le degré de danger que fait peser le réchauffement climatique sur les sociétés exposées aux risques hydrométéorologiques. En parcourant la littérature scientifique, mais aussi en analysant les discours médiatiques, politiques ou humanitaires, il apparait rapidement qu’une grande partie de l’attention est portée vers les territoires insulaire tropicaux dits en développement. Les Nations Unies ont instauré une catégorie pour tenter de regrouper ces territoires ayant plusieurs caractéristiques communes : la taille, l’insularité et le niveau de développement. Ces « Petits États Insulaires en développement » (PEID), au nombre de 38, selon la classification des Nations Unies, sont véritablement érigés en icônes du changement climatique, parce que désignées comme les premières et les plus vulnérables de ses victimes. Les deux principaux éléments affirmés sont que (i) les petites îles tropicales sont amenées à disparaitre sous les océans et que (ii) leurs habitants vont de ce fait devoir émigrer massivement vers les continents. De manière générale, les représentations collectives forgées autour des îles ont tendance à conditionner les discours et les politiques publiques en matière de changement climatique et des risques qui y sont associés. Cependant, de nombreux travaux, notamment parmi les island studies, démontrent que la réalité des îles et de leurs habitants diffère bien souvent des traits (vulnérabilité, passivité) que les discours dominants (souvent du point de vue de continentaux) leur accordent. Chaque territoire insulaire dispose de caractères physiques, sociaux, et d’héritages historiques propres – d’une complexité – qui rend nécessaire une analyse au cas par cas et remet en cause les discours simplistes sur la vulnérabilité des PEID. Alors quels liens peut-on véritablement établir entre vulnérabilité, insularité et niveau de développement ? Et quelles composantes territoriales des PEID sont vulnérables à quelles menaces ?

Cette thèse propose donc, non pas de nier la menace bien réelle que constituent les risques liés au changement climatique pour les territoires insulaires, mais de déconstruire et nuancer l’argumentaire dominant en apportant des éléments factuels et contextualisés sur la vulnérabilité territoriale des PEID. Pour ce faire, elle utilisera comme cadre d’étude deux PEID des Petites Antilles : la Dominique et Sainte-Lucie. Le risque cyclonique, et plus particulièrement à travers les évènements cycloniques extrêmes est le prisme choisi pour caractériser la vulnérabilité de ces deux territoires face au changement climatique. L’ouragan Maria, de catégorie maximale (5) sur l’échelle de Saffir-Simpson lors de son passage sur la Dominique en septembre 2017, constitue le support principal de l’analyse de la vulnérabilité. Ses impacts a posteriori à la Dominique, en plus de mettre en lumière les fragilités ou les atouts (puisque bien que connotée négativement, la vulnérabilité peut aussi s’avérer être faible) du territoire, peuvent servir de marqueurs pour caractériser a priori la vulnérabilité de Sainte-Lucie face à un ouragan de haute intensité. Il semble en outre intéressant de mettre en miroir un territoire qui porte toujours les stigmates d’un évènement paroxystique avec un territoire qui connait rarement des épisodes cycloniques significatifs en termes d’intensité. Pour répondre à la problématique, il s’agira essentiellement de construire un diagnostic territorial de vulnérabilité des deux îles face au risque cyclonique, en évaluant (i) la vulnérabilité physique des territoires par le prisme des zones côtières, (ii) l’exposition et la vulnérabilité des enjeux et des infrastructures critiques, et (iii) la vulnérabilité humaine exprimée à travers les représentations du risque et la mortalité.

collaborations SCIENTIFIQUES
PUBLICATIONS

Ryma ZAOUI

Ryma ZAOUI

Ryma ZAOUI

Doctorante

 

EMAIL ryma.zaoui@etu.univ-montp3.fr
z.ryma9@gmail.com
titre de la thèse La géovisualisation au service de la prévention des risques et des crises : Application au site industriel d’Arzew (Algérie).
terrains d’études Arzew (Algérie)
(co-)directeurs Prof. Frédéric LEONE
ORIGINE DU financement Salarié d’une structure (Autofinancement)
année d’inscription 2017
résumé de la thèse

L’Algérie, au lendemain de l’indépendance, s’est trouvée confrontée au problème du sous-développement et par voie de conséquence au choix du modèle de développement économique et social. Grâce aux ressources des hydrocarbures, le pays a opté pour une industrie de base dans laquelle la pétrochimie et la sidérurgie constituent l’épine dorsale. De nombreux pôles de l’industrie des hydrocarbures ont été ériger à Skikda, Arzew, Hassi-Messaoud et Hassi R`Mel. Ce qui a eu pour résultat : l’urbanisation rapide, voire parfois anarchique des villes, l’augmentation de la population, le développement d’ouvrages d’ingénierie critiques, l’industrialisation des villes, la concentration de la population vivant dans des zones potentiellement dangereuses, et surtout, l’absence d’une culture du risque au niveau des populations.

 L’objectif de ce travail de recherche est de développer une application smartphone axée sur la géovisualisation comme un moyen de communication et de prise de décision en situation de crise ou de risque de dans le but de faciliter la compréhension, la prévention et la gestion des crises.

 Il est question de mettre en place un système d’alerte volontariste et innovant via les smartphones pour faire face aux risques. Ces outils d’alertes sont intéressants à explorer car ils raccourcissent le délai de communication entre les institutions et les individus, permettant à tout un chacun d’émettre ou de recevoir une alerte en temps réel dans un environnement en insistance de subir un désastre.

Nous visons par ce travail, à améliorer la communication entre les acteurs de la crise et les personnes touchées afin que les informations pertinentes puissent être échangées à tout moment et sous diverses conditions. Dans ce contexte, l’utilisation d’applications mobiles semble être d’un grand avantage. Ces applications offrent de nombreuses possibilités techniques qui visent à favoriser une action autonome des personnes affectées, telles que :

  • La nature de l’incident et ces conséquences potentielles,
  • Diverses informations : vidéo, photos, signalement…,
  • L’accès immédiat aux données disponibles et à l’actualité,
  • Des mises à jour de la situation,
  • Des messages d’alertes ainsi que les itinéraires étudiés pour optimiser la distance entre la position de l’utilisateur et les plus proches abris.
collaborations SCIENTIFIQUES

 

Jessica SALAÜN

Jessica SALAÜN

Jessica SALAÜN

Doctorante

EMAIL Jess.salaun18@gmail.com
titre de la thèse Approche socio-écologique pour évaluer la gestion des récifs artificiels par modélisation du réseau d’acteurs et du réseau trophique Etude de cas sur trois éco-régions maritimes métropolitaines.
terrains d’études France métropolitaine
(co-)directeurs Sylvain Pioch et Jean-Claude Dauvin
ORIGINE DU financement ANRT et Atlantique Landes Récifs
année d’inscription 2019
résumé de la thèse

Les récifs artificiels sont des structures volontairement immergées par l’homme dans le but de protéger, produire (augmenter ou régénérer) ou concentrer les ressources marines (FAO, 2015). Ils sont employés à travers le monde pour soutenir la pêche (production et protection), restaurer des écosystèmes (restauration) ou pour développer des activités économiques de loisirs (récréatif).

En France, depuis 50 ans, les récifs artificiels (RA) sont utilisés comme réponse à la diminution des stocks halieutiques et immergés sur l’ensemble des façades maritimes avec une prépondérance en Méditerranée (Tessier, 2013). Toutefois, leurs évaluations sont rares ou partielles (Baine, 2001, Véron et al., 2008, Ramos et al.,  2008, FAO, 2015, Tessier et al., 2015). Les études réalisées sont incomplètes et ciblent principalement l’évolution d’indicateurs d’abondance et de richesse spécifique de la faune et la flore aux abords des récifs ou se focalisent sur un compartiment spécifique ou des espèces cibles (Claudet, 2006). Ces études, bien qu’elles aient montré l’effet direct des récifs sur l’augmentation de la production primaire locale (Cresson et al., 2014, Cresson et al., 2019), n’apportent qu’une réponse partielle à la problématique d’évaluation de la contribution des récifs artificiels au sein d’un socio-écosystème car la dimension socio-économique est oubliée (Milon et al. 2000 et Lee et al., 2018). Pour pallier ce manque, quelques études ont porté sur des données de débarquement, des pêches expérimentales, des calculs de production biologique des RA à partir des prix de vente des espèces à la criée. D’autres ont intégré la dimension sociale en étudiant la perception de l’utilité des RA par les usagers (Tessier, 2013, Ramos et al., 2008). Cependant, aucune étude n’a pris en compte l’ensemble du réseau socio-écologique pour évaluer les apports globaux des RA.

La Théorie de l’Acteur Réseau (Actor Network Theory), est une approche d’analyse de système complexe qui permet d’appréhender une organisation à travers les relations qui se développent au sein du réseau d’acteurs.  L’ANT est de plus en plus utilisée dans l’aide à la prise de décision et l’amélioration de la gestion d’un territoire comme le milieu côtier par exemple (Francis et al., 2019 et Molino et al., 2020). La théorie de la traduction (Callon, 1986 et Latour, 1987) va plus loin en intégrant symétriquement les acteurs humains et non-humains au réseau.  Elle décrit à travers plusieurs étapes, le processus de formation du réseau d’actants (acteurs humains et non humains) autour d’une innovation technique ou d’un projet commun appelé « Point de passage obligé » et en déduit la réussite ou l’échec du projet à partir de la mobilisation effective des actants dans la réalisation du projet commun.

Les projets d’immersion de RA ont été initiés par différents acteurs humains des territoires en y associant la faune et flore marine dans un objectif global de production, protection ou restauration. Le réseau d’acteurs des RA est donc constitué principalement de la faune et flore marine, qui participent à la colonisation et la production de biomasse répondant à l’objectif, et des acteurs du territoire pouvant aussi bien être les usagers directs, les gestionnaires d’espaces protégés que les financeurs et les administrations.

L’application de la théorie de la traduction aux projets d’immersion de RA semble donc pertinente pour, d’une part comprendre le fonctionnement global du réseau d’actants et son évolution depuis sa création jusqu’à aujourd’hui et d’une autre part pour évaluer les bénéfices sociaux-écologiques des RA. L’utilisation de cette approche est innovante et s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire faisant le lien entre nature et culture au sein d’un territoire.

collaborations SCIENTIFIQUES

Université de Caen, Normandie

 

Elda MUCO

Elda MUCO

Elda MUCO

Doctorante

EMAIL Elda-muco@outlook.com
titre de la thèse Analyse du capital territorial par la perspective de capital social. Le cas de deux territoires en Albanie
terrains d’études Albanie
(co-)directeurs Marc DEDEIRE et Mélanie REQUIER
ORIGINE DU financement Allocation doctorale de CIHEAM-IAMM
année d’inscription 2019
résumé de la thèse

La croissance régionale nécessite la présence équilibrée et maitrisée de biens matériels et immatériels pour être réalisée. Ainsi, le succès d’un système territorial ne dépend pas seulement de la quantité et de la qualité des ressources matérielles dont il est doté, mais aussi et surtout, de la richesse des éléments cognitifs et de la façon dont les individus pensent et se comportent entre eux et vis-à-vis des différentes ressources de leur territoire. Tous ces aspects sont aujourd’hui conceptualisés dans le concept de capital territorial. Selon Camagni (2009), le capital territorial comprend l’ensemble des « biens » localisés d’un territoire, qu’il s’agisse de biens naturels, artificiels, humains, organisationnels, relationnels ou cognitifs. Le capital territorial est une notion multidimensionnelle, les ressources sont toutes constitutives et participent au potentiel de développement (Camagni, 2006). Le développement territorial s’ajuste aux particularités du capital territorial et il est par essence contextuel (Yildirim, Requier-Desjardins et Rey-Valette, 2017).

Cette proposition de thèse vise à appliquer le concept du capital territorial en tant que composant principal de l’économie du territoire à deux microrégions albanaises, qui se trouvent dans des situations différenciées de développement.

Dans cette proposition nous ciblerons l’analyse de trois dimensions de capital territorial : le capital naturel qui positionne l’économie locale. Associé à un système d’activités de production, il conduit à la dimension économique du système territorial. La troisième dimension se construit sur un système de relations de proximité qui compose le capital social. Les relations entre les agents se réfèrent à un système de valeurs partagées au fondement des identités locales. Le système territorial fonctionne enfin selon un système de règles et de normes qui, à la faveur de structures partenariales et de réseaux de coopération, définissent un modèle de gouvernance locale (Lacquement et  Chevalier, 2016).

Pour cette étude nous proposons une méthodologie basée sur une revue de la littérature afin de définir le capital territorial et les indicateurs pertinents pour le mesurer. L’objectif de mesure donnera lieu à plusieurs diagnostics de terrain. C’est donc une méthode empirique basée sur la construction d’un modèle d’estimation du capital territorial qui sera mobilisée.

collaborations SCIENTIFIQUES
  • LAMES (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie), Montpellier, France
  • Université Agricole de Tirana, Tirana, Albanie
PUBLICATIONS

Nesrine ARRAK

Nesrine ARRAK

Nesrine ARRAK

Doctorante

 

EMAIL

nesrinarrak@gmail.com

titre de la thèse Modélisation  des risques par télédétection et SIG : Le cas des Processus morpho-dynamiques de la désertification dans le Jeffara (Tunisie Méridionale).
terrains d’études Le Sud-Est de la Tunisie (la région de la Jeffara.
(co-)directeurs Frédéric LEONE ; Hédi BEN OUEZDOU.
ORIGINE DU financement Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (TUNISIE). 
année d’inscription 2019
résumé de la thèse Les régions arides de la Tunisie méridionale sont le siège d’une dégradation générale des ressources naturelles voir leur désertification. Les zones arides constituent un terrain favorable pour le déclenchement et l’accentuation du risque de la désertification. La fragilité des écosystèmes dans ces régions est due essentiellement à des conditions climatiques et physiques défavorables associés à des activités et des occupations humaines inappropriées facilitent l’accélération et la propagation de ce phénomène. La région de la Jeffara du Sud-Est tunisien est considérée parmi les zones vulnérables qui nécessitent une surveillance permanente et continue accompagnée d’une intervention rapide et durable. Dans ce cadre, notre travail cherche à mener une réflexion concernant l’apport de l’utilisation de la télédétection spatiale (multi scalaire et multicapteurs) et du SIG à l’étude, le suivi et la surveillance du risque de désertification dans la région de la Jeffara. Il s’agit dans une première étape de réaliser un bilan, le plus complet possible, des différents composants du milieu. Un tel diagnostic sera effectué à partir de l’analyse d’images satellitaires et des observations faites sur le terrain. Nous proposons dans une deuxième étape d’évaluer les évolutions liées aux processus morpho-dynamique de la désertification. Ce qui permettra de dresser lors de la dernière étape des scénarios prospectifs pour l’évaluation, le suivi et la gestion des ressources naturelles de la région d’étude. il s’agit d’une mise en place d’une approche de modélisation spatiale pluridisciplinaire combinant des savoirs relatifs aux sciences liées à l’étude des processus biophysiques et socio-économiques du risque de la désertification. 
collaborations SCIENTIFIQUES CGMED : Laboratoire de Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Tunis, Tunisie.
PUBLICATIONS

Lien Linkedin : https://www.linkedin.com/in/nissryne-ak-6a245924/

 

Maxime TREVISANI

Maxime TREVISANI

Maxime TREVISANI

Doctorant

 

EMAIL Maxime.trevisani@gmail.com
titre de la thèse Risque grêle et assurance en France : Diagnostics et stratégies d’adaptation dans un contexte stressé de changement climatique
terrains d’études France
(co-)directeurs Freddy Vinet
ORIGINE DU financement Cifre
année d’inscription 2020
résumé de la thèse

En France les coûts provoqués par les périls naturels, indemnisés par les assurances, sont pour moitié causés par les tempêtes, la grêle et le poids de la neige (couverts par une garantie nommée TGN). Ces trois aléas représentent plus de 80 % du nombre de sinistres sur la période 1988-2013 (FFA, 2015). Le risque de grêle est rarement isolé dans les études sur la garantie TGN. Pourtant, il constitue une préoccupation grandissante pour les assureurs tant pour l’agricole (assurance récolte) que pour le dommage aux biens (auto et habitation). Cette préoccupation est d’autant plus grande qu’elle s’inscrit dans un contexte stressé de changement climatique, où les incertitudes sont nombreuses quant à la mesure de l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes. Les méthodes de lutte active (Cazac et al., 2017) n’offrent pas les solutions espérées et les méthodes de protection passives (filet), très coûteuses, sont réservées aux enjeux à haute valeur ajoutée (vergers, parcs automobiles…).

Par ailleurs, la grêle est un phénomène très ponctuel, difficile à mesurer et encore plus à cartographier. La mesure spécifique de l’intensité de la grêle se fait par des capteurs appelés grêlimètres. Ces grêlimètres n’existent que dans certaines régions et sur des périodes en général courtes. Les données des réseaux d’observation officiels (Météo-France pour la France) ne sont pas fiables car elles reposent sur des observations directes par des observateurs. Or de plus en plus de stations météorologiques sont automatisées et ne mesurent pas les phénomènes tels que le brouillard, la grêle, la foudre….

Aussi, pour mettre en place des solutions assurantielles justes et efficaces, les assureurs doivent améliorer leur connaissance du risque grêle en recherchant et structurant des informations nouvelles. L’objectif est d’être plus performant dans la mesure de l’intensité et de la fréquence du phénomène grêle, afin de mieux préparer la profession assurantielle aux enjeux du changement climatique et surtout mieux protéger/accompagner les assurés à travers des stratégies d’adaptation efficaces.

collaborations SCIENTIFIQUES

Generali France, Paris, France

 

Nadège TATY-MAKUNTIMA

Nadège TATY-MAKUNTIMA

Nadège TATY-MAKUNTIMA

Doctorante

 

EMAIL

tatynadege@gmail.com

titre de la thèse Diagnostic des vulnérabilités territoriales et gouvernance des épidémies des maladies infectieuses dans les pays à ressources limitées. Modèles développés en RDC sur les épidémies de choléra, de la Maladie à Virus Ebola et la maladie à corona virus.
terrains d’études République démocratique du Congo
(co-)directeurs Nancy Meschinet de Richemond, Jean Jacques Muyembe et Didier Bompangue
ORIGINE DU financement Ministère des affaires étrangères Français  via Campus France, Fondation VEOLIA, Prix Jeunes Talent 2020 l’Oréal Unesco de l’Afrique subsaharienne
année d’inscription 2018
résumé de la thèse

En mars 2020, la pandémie de la COVID-19 a démarré en République démocratique du Congo sur fond d’épidémies multiples dont les plus emblématiques sont le choléra (premier cas en 1974) maladie endémique, et la MVE (premier cas en 1976), maladie épidémique en RDC. La gestion simultanée de ces événements de santé majeurs, dans un état fragile à ressources limitées, constitue une urgence humanitaire complexe. Dans le contexte actuel d’intensification et d’accélération des changements globaux, la maitrise de la dynamique des épidémies devient un enjeu sociétal majeur pour anticiper et mieux répondre à ces épidémies.

Par la compréhension de trois modèles épidémiques à savoir le Choléra, la Maladie à Virus Ebola et la maladie à corona virus, ma recherche se propose d’adopter une approche transversale et pluridisciplinaire pour étudier la gestion des épidémies. En s’orientant vers la caractérisation des espaces en fonction de leur niveau de vulnérabilité, ce projet est l’un des premiers travaux à tenter un transfert méthodologique du diagnostic de vulnérabilité développé dans la gestion des risques naturels au LAGAM vers la gestion des risques épidémiques. L’objectif est de construire des indices de vulnérabilités territoriales adaptés aux épidémies. A travers des enquêtes de terrain, il s’agit également de s’intéresser à la perception des acteurs ainsi qu’aux pratiques sociales qui entourent les questions d’épidémies à chaque échelon de la gouvernance. Car les avancées scientifiques sur le fonctionnement d’une épidémie ne suffisent pas pour arriver à mieux contrôler les épidémies,  il faut que les modes de gestion soient adaptés aux problèmes posés. Ma thèse vise à améliorer la résilience des territoires et des systèmes de gestion des épidémies à travers le ciblage des zones vulnérables et la mise en évidence des jeux d’acteurs et des limites de gouvernance à tous les échelons de la gestion de ces aléas récurrents.

collaborations SCIENTIFIQUES Université  de Kinshasa, Kinshasa, République démocratique du Congo
PUBLICATIONS

Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/nadege-taty-makuntima

 

Zenepe DAFKU

Zenepe DAFKU

Zenepe DAFKU

Doctorante

 

EMAIL

zdafku@ubt.edu.al

titre de la thèse Le développement socio-économique local grâce à l’utilisation optimale des ressources naturelles des zones protégées Étude de cas: Parc national de Divjaka Karavasta, Albanie.
terrains d’études Albanie
(co-)directeurs Pascal CHEVALIER et Natasha HODAJ
ORIGINE DU financement Salariée Université Agricole de Tirana et Bourse ERASMUS PLUS
année d’inscription 2020
résumé de la thèse

En Albanie, les espaces naturelles représentent environ 18% selon le territoire albanais (Ministère de l’Environnement, 2019).Malgré le fait que les AP présentent « théoriquement » un certain nombre d’avantages en termes d’environnement, de développement socio-économique, culturel et de développement territorial rural durable, ce qui se passe dans la réalité albanaise n’est pas ce que l’on attendait des forces de l’ordre mais aussi de l’environnement, du tourisme , stratégies de développement rural, etc. (Avantages des aires protégées (PA-BAT) en Albanie, 2019). Notre zone d’étude sera le parc national de Divjaka-Karavasta d’une superficie de 22230 ha soit 4,24% par rapport à la surface totale des aires protégées (ministère de l’Environnement, 2019), situé dans la partie centrale et sur la côte ouest de l’Albanie. Il est bordé au nord par la rivière Shkumbin, les collines de Divjaka à l’est par le bassin versant de Myzeqe et la rivière Seman au sud et à l’ouest par la mer Adriatique.

La zone du parc est considérée avec une valeur très particulière de la nature et de la biodiversité.

L’objectif principal sera:Développement socio-économique local grâce à l’utilisation optimale des ressources naturelles du parc national de DivjakaKaravasta à travers:

La Détermination de l’utilisation optimale des ressources naturelles pour chaque groupe d’acteurs

L’Efficacité économique des ressources / services écosystémiques pour le développement local de la zone.

La Construction d’ une approche participative sur l’utilisation optimale des ressources naturelles.

collaborations SCIENTIFIQUES
  • LAMES (CIHEAM IAM, Montpellier)
  • DEPZHR (UNIVERSITE AGRICOLE DE TIRANA)

 

Jules BOILEAU

Jules BOILEAU

Jules BOILEAU

Doctorant

 

EMAIL

jules.boileau@terroiko.fr

titre de la thèse La planification stratégique de la séquence ERC : Articulation et opérationnalisation à l’échelle des politiques publiques métropolitaines. Contribution des innovations numériques et génétiques dans le passage du concept à la décision politique.
terrains d’études Nîmes métropole
(co-)directeurs Sylvain Pioch et Sylvain Moulherat (TerrOïko) – Coordination Coralie Calvet (CEFE)
ORIGINE DU financement Convention Cifre
année d’inscription 2019
résumé de la thèse

Malgré des ambitions fortes comme l’objectif d’absence de perte nette auxquelles elle est soumise, la séquence Eviter – Réduire – Compenser souffre d’un manque de résultats qui proviennent de faiblesses dans son application. En pratique, la séquence ERC est appliquée au cas par cas, à l’échelle des projets et sans réelle anticipation, notamment des enjeux compensatoires. Une solution mise en avant pour palier ces faiblesses réside dans la planification de cette séquence à l’échelle des territoires.

A l’image d’autres politiques de protection de l’environnement la pratique montre que la mise en œuvre des phases Éviter et Réduire à l’échelle de la planification territoriale souffre d’une absence de portage politique. Parfois perçue comme un frein au développement, la mise en œuvre à l’échelle territoriale de l’ERC pourrait permettre certains apports : cohérence des aménagements à l’échelle du territoire, meilleure prise en compte des enjeux environnementaux, gestion des impacts cumulés, définition d’un cadre global pour les études environnementales, …

Des outils innovants existent dans et peuvent être mis à disposition de ce changement de pratique. En particulier, les outils de génétiques du paysage, d’ADN environnemental ou de simulation numérique semblent arriver à maturité pour une mobilisation sur ces problématiques.

La thèse se décompose donc en deux axes principaux :

  • Un volet technique, de mise en œuvre de la planification de l’ERC, sur le cas d’étude de la démarche de stratégie territoriale de Nîmes métropole, notamment en lien avec des outils innovants comme la simulation numérique
  • Un volet socio-politique, centré sur la compréhension des facteurs du portage politique de cette planification, ainsi que l’évolution de la perception et du comportement politique en lien avec les avancées méthodologiques.
collaborations SCIENTIFIQUES TerrOïko, Sorèze
PUBLICATIONS

Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/profile/Jules-Boileau

Lien Linkedin : https://www.linkedin.com/in/jules-boileau-57721410a/

 

Farida SEHILI

Farida SEHILI

Farida SEHILI

Doctorante

 

EMAIL

sehilifarida@gmail.com

titre de la thèse

La construction de la vulnérabilité territoriale urbaine face aux risques naturels (séisme) : cas de la vieille ville de Dellys, Algérie. 

terrains d’études Dellys, Algérie
(co-)directeurs Pr Nancy Meschinet de Richemond
ORIGINE DU financement sans
année d’inscription 2013
résumé de la thèse

Ce travail de recherche vise à comprendre comment on construit le risque naturel dans un territoire urbain. Comprendre la relation qu’entretiennent les facteurs de vulnérabilités exogènes et endogènes dans un quartier à un fort aléa sismique.

En premier lieu, nous allons comprendre comment les dynamiques urbaines à l’échelle de la wilaya de Boumerdés et de la commune de Dellys ont participé à la construction du risque,   expliquer les dommages causés par le séisme de 2003, et comment  cette catastrophe à créer des opportunités de développement de la région à l’échelle nationale et régionale.

En effet, les mutations socioéconomiques et les contraintes de développement que la région a connu au cours des dix dernières décennies ont peut-être contribué à la vulnérabilité des habitants face ces catastrophes naturelles. En deuxième lieu, nous allons évaluer le risque global de la vieille ville dans une trajectoire dynamique en mettant en évidence les différentes politiques publiques de prévention et reconstruction mises en place après la catastrophe de 2003 et l’état de connaissance et préparation des habitants de ce quartier si une autre catastrophe se produisait dans le futur.  Afin d’apporter des réponses sur comment les vulnérabilités d’un territoire urbain sont construites ? et comment participent-elles à la production du risque ?

collaborations SCIENTIFIQUES

Laboratoire projet urbain, ville et territoire, Sétif, Algérie

PUBLICATIONS

Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/profile/Farida-Sehili

Lien Google Scholar : https://scholar.google.com/citations?hl=fr&user=bZUBdmUAAAAJ

 

Chaima GRIMENE

Chaima GRIMENE

Chaima GRIMENE

Doctorante

 

EMAIL

chaymagrimen@gmail.com

titre de la thèse Caractérisation spatiale de la vulnérabilité des ressources naturelles et gestion des risques de pollution diffuse liée aux pratiques phytosanitaires agricoles
terrains d’études Bassin versant de la Gimone France
(co-)directeurs Jean-Paul BORD et Philippe LE GRUSSE
ORIGINE DU financement Région Occitanie et laboratoire LAMES du CIHEAM-IAMM
année d’inscription 2019
résumé de la thèse La préservation des ressources naturelles à travers la gestion de la pollution diffuse liée à l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture est considérée comme un grand défi actuel en France. Les politiques de réduction de la pollution s’appuient notamment sur l’identification des zones vulnérables. Dans ce cadre, notre projet de recherche vise à développer un modèle générique de caractérisation de la vulnérabilité des ressources naturelles (ressources en eau, forêts, sol) face aux risques de la pollution d’origine agricole par la mise en place d’une méthodologie interdisciplinaire entre géomatique et agronomie. Ce travail consiste à mettre à la disposition des acteurs territoriaux un outil d’aide à la décision pour une gestion participative des risques liés aux pratiques phytosanitaires sur la santé humaine et l’environnement. Cette étude se fonde sur l’apport géographique de l’analyse des images satellites de haute résolution spatiale (Pléiades et Sentinel2) pour l’identification des éléments physiques du milieu à une large échelle et avec une haute précision. D’autres outils sont également mobilisés : Programmation (R), Modèles d’évaluation des risques de devenir et de transfert des produits phytosanitaires dans l’environnement (PEARL), Indicateurs agro-environnementaux de pression phytosanitaire (IFT) et de risque de toxicité sur la santé et l’environnement (IRSA, IRTE, Logiciel EToPhy). La combinaison de ces différentes sources de données permettra de maitriser le processus de la pollution phytosanitaire diffuse sur une échelle territoriale en tenant compte des facteurs de pression agricole au niveau de la parcelle (types de culture et pratiques) et des facteurs de sensibilité du milieu sur le bassin versant (pédologie, climat, pente, biodiversité, etc.). Les résultats obtenus seront utilisés pour élaborer en collaboration avec les acteurs locaux des plans d’action pour l’aménagement du territoire et la réduction de l’impact du transfert des pesticides sur les milieux naturels via une approche interactive d’intelligence territoriale
collaborations SCIENTIFIQUES Coopérative Qualisol, Castelsarrasin, France
PUBLICATIONS

Lien Research Gate : https://www.researchgate.net/profile/Chaima-Grimene

 

Amélie LEGUAY

Amélie LEGUAY

Amélie LEGUAY

Doctorante

 

EMAIL amelie.leguay@etu.univ-montp3.fr

amelie.leguay@gmail.com

titre de la thèse Projets urbains et pénuries foncières dans les métropoles : le cas du Grand Lyon
terrains d’études Métropole de Lyon
(co-)directeurs Alexandre Brun, Laurent Chapelon
ORIGINE DU financement Thèse CIFRE avec le Groupe SERL, Lyon
année d’inscription 2018
résumé de la thèse La plupart des métropoles européennes sont désormais confrontées à la pénurie de terrains à bâtir. La fin de l’étalement urbain sonne le glas d’un ensemble de pratiques allant à l’encontre des enjeux climatiques et sociétaux de notre époque, privant ainsi les aménageurs de zones jadis considérées comme constructibles. Ce faisant, les urbanistes auraient ainsi de plus en plus affaire à des terrains dont les usages (résidentiels, commerciaux…), les superficies (souvent modestes) et les formes (irrégulières, étroites) rendent l’aménagement particulièrement complexe et long. La pénurie foncière influerait donc sensiblement sur les stratégies des acteurs publics et privés de l’aménagement – mais dans quelle mesure et où précisément ? Cet article revient, d’une part, sur les résultats d’une enquête menée auprès d’une quinzaine d’acteurs de la métropole lyonnaise (professeurs, élus, opérationnels, etc.), et d’autre part, sur la radiographie d’une vingtaine de projets de la métropole lyonnaise de la fin des années 1990 à nos jours
collaborations SCIENTIFIQUES
PUBLICATIONS

Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/leguay-amelie

Lien Linkedin : https://www.linkedin.com/in/am%C3%A9lie-leguay-7a9925a3

 

Fahad IDAROUSSI

Fahad IDAROUSSI

Fahad IDAROUSSI

Doctorant

 

EMAIL

zoufahadkeli@hotmail.fr

fahadi.idaroussi@etu.univ-montp3.fr

titre de la thèse

Vulnérabilité différentielle des migrants à Mayotte : enjeux socio-politiques de la réduction des risques dans un département français insulaire en développement

terrains d’études

Ile et département de Mayotte (océan Indien)

(co-)directeurs

Pr. Frédéric Leone et Pauline Texier (McF)

ORIGINE DU financement

bourse du Conseil départemental de Mayotte

année d’inscription

2018

résumé de la thèse

L’île de Mayotte, de par sa position insulaire et son relief très accidenté, est particulièrement exposée à plusieurs types d’aléas : cyclone, mouvements de terrain, sismicité, etc.

De surcroît, face à ces multiples aléas, Mayotte connaît depuis une quarantaine d’années, une profonde mutation socio-spatiale, en lien avec la hausse de la population, l’extension du bâti, immigration clandestine massive venant des pays voisins. Certaines zones anthropisées ont ainsi été construites illégalement et informellement dans des zones fortement exposées, sans respecter des plans d’urbanisme, et sont composées de cases construites avec des matériaux de récupération sans fondation. Les populations y vivant sont ainsi et selon de multiples facteurs, notamment socioéconomiques, particulièrement vulnérables et essentiellement issues de l’immigration clandestine. Cette tranche de population immigrante est accusée de la plupart des maux affectant ce territoire : agressions, viols, vols, dégradations des écosystèmes, etc., et se retrouve dans une position de rejet de la part de certains citoyens mahorais et autorités.

Dans une approche globale multifacteurs, cette étude vise d’abord dans un premier temps à comprendre le processus de construction de la vulnérabilité différentielle. Dans un 2e temps, il s’agira d’évaluer l’efficacité du modèle de gestion des risques et des crises français appliqué à ce territoire mahorais en développement, qui a ses singularités (pauvreté, immigration clandestine massive et « incontrôlée », urbanisation anarchique, conflits intercommunautaires, etc.). Enfin, il s’agira d’envisager une approche prospective sociétale d’adaptation des dispositifs institutionnels français à la société locale pluriculturelle, dans une perspective de construction des capacités de réponse et d’adaptation.

collaborations SCIENTIFIQUES

Projet évacuation tsunami à Mayotte (en cours). Département de Mayotte (France),

Préfecture Mayotte, Délégation Interministérielle au Risques Majeur Outre-Mer, Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale

Élise MARTIN

Élise MARTIN

Élise MARTIN

Doctorante

EMAIL Elise.martin@univ-montp3.fr
titre de la thèse Accueil et bien-être des populations vulnérables dans des territoires ruraux en recomposition : la bordure sud du Massif central, géographie d’un tiers-espace
terrains d’études Ouest de la Lozère (Marvejols) et Nord du Gard (St-Jean-du-Gard, Le Vigan)
(co-)directeurs Pascal Chevalier et Camille Hochedez
ORIGINE DU financement Contrat doctoral ENS Lyon
année d’inscription 2018
résumé de la thèse La thèse s’intéresse aux espaces ruraux français qui accueillent des personnes vulnérables, à savoir des personnes qui sollicitent un accompagnement (matériel, psychologique, physique, financier) temporaire ou durable. Il s’agit de personnes en situation de précarité, de personnes exilées, de personnes vieillissantes ou encore de personnes en situation de handicap. Cette recherche étudie la façon dont des territoires éloignés des métropoles produisent des formes de vulnérabilité et en retour la manière dont ceux-ci attirent des populations vulnérables. Qu’est-ce qui fait d’un territoire un territoire qui accueille ? Est-ce que l’accueil d’un groupe de personnes vulnérables profite aux autres groupes ? Comment les personnes accueillies cohabitent-elles avec le reste de la population ? La thèse interroge la place de ces personnes aux trajectoires de vie plurielles dans la recomposition actuelle de territoires ruraux de l’ouest de la Lozère (bassin de Marvejols) et du nord du Gard (Vallées du Vigan, de Lasalle, de Saint-Jean-du-Gard) et donne à voir le quotidien de personnes doublement invisibilisées de par leur position dans la société et la situation géographique de leur lieu de vie. Le travail de terrain vise d’une part à identifier et mettre en regard les populations vulnérables et la marginalité des espaces d’étude, et d’autre part à comprendre, au-delà des dispositifs d’action sociale et des diverses formes de prise en charge institutionnelle, la mise en place par les individus de stratégies pour « vivre mieux » grâce aux ressources du milieu rural. L’enquête ethnographique prend la forme d’immersions dans des associations, structures publiques et parapubliques, d’entretiens semi-directifs et libres avec les personnes accueillies dans les territoires. Elle repose aussi sur la mise en place de dispositifs singuliers qui visent à saisir le rapport des personnes à leur environnement et qui s’adaptent à elles (par exemple lorsqu’elles ne parlent pas français ou ne s’expriment pas par la parole) : distribution de carnets à remplir sur un temps donné, déambulations avec les personnes suivies ou encore jeux basés sur la « photo elicitation ».
collaborations SCIENTIFIQUES
PUBLICATIONS

Adrien POISSON

Adrien POISSON

Adrien POISSON

Doctorant

EMAIL

adrien.poisson@univ-montp3.fr

adrienpoisson50@gmail.com

titre de la thèse L’infrastructure cyclable comme levier dans la pratique du vélo : approches par les itinéraires et comportements des cyclistes.
terrains d’études Montpellier Méditerranée Métropole
(co-)directeurs Laurent Chapelon et Adrien Lammoglia
ORIGINE DU financement Contrat doctoral Région Occitanie
année d’inscription 2019
résumé de la thèse A Montpellier, comme dans de nombreuses villes en France, la part modale du vélo reste très faible (elle varie entre 4% et 7%). Les études, encore peu nombreuses sur ce sujet, font ressortir le rôle des aménagements, en particulier cyclables. Cependant, ce n’est pas parce que de nouveaux aménagements sont créés que de nouveaux cyclistes vont apparaître. Cette thèse cherche donc tout d’abord à mieux comprendre les cyclistes et les raisons qui les poussent à se déplacer à vélo, leurs comportements et leurs préférences, ainsi que les non-cyclistes, afin d’évaluer par la suite les effets des aménagements sur ces personnes.
collaborations SCIENTIFIQUES ANR “Vélotactique”, (Lyon, Rennes, Montpellier, Paris, Grenoble, Bogota, Lausanne, Montréal)
PUBLICATIONS

Jean Marie Fodé TOURÉ

Jean Marie Fodé TOURÉ

Jean Marie Fodé TOURÉ

Doctorant

EMAIL jmftoure@gmail.com
titre de la thèse Insertion des modèles de développement agricole dans des territoires contrastés au Sénégal : analyse des mutations dans la filière rizicole et des dynamiques territoriales.
terrains d’études Sénégal
(co-)directeurs Pascal Chevalier et Jérémy Bourgoin
ORIGINE DU financement Aucun
année d’inscription 2017
résumé de la thèse L’objectif final de la thèse est de montrer l’importance des relations sociales dans l’analyse de la construction territoriale. C’est une contribution à la thématique des rapports entre action publique (qui veut créer du territoire par des règles et modèles de développement) et territoire (qui se créé par des relations d’amitié, de collaboration, etc.). Il s’agit de montrer comment l’action publique vient se superposer ou essayer d’organiser et d’accompagner des dispositifs déjà mises en place. Par conséquent, cette recherche justifie une méthodologie particulière empruntée à l’analyse des réseaux sociaux (relation d’interdépendance et confiance).
collaborations SCIENTIFIQUES
  • UMR Innovation Cirad, Montpellier, France
  • ISRA BAME, Dakar, Sénégal
PUBLICATIONS

Lien HAL : https://cv.archives-ouvertes.fr/jean-marie-fode-toure

 

Rita JALKH

Rita JALKH

Rita JALKH

Doctorante

EMAIL rita.jalkh@etu.univ-montp3.fr
titre de la thèse Rôle des entreprises dans la dynamique socio-spatiale et la commercialisation des produits alimentaires traditionnels « Mouneh » au Liban : cas de la vallée de la Bekaa.
terrains d’études Vallée de la Bekaa, Liban
(co-)directeurs Directeur de thèse : Marc DEDEIRE
Co-directeur : Mélanie REQUIER-DESJARDINS
ORIGINE DU financement CIHEAM-IAMM
année d’inscription 2018
résumé de la thèse Le Liban connaît une période d’incertitude sans précédent. L’année dernière le Liban a subi plusieurs revers, notamment une crise économique aiguë, une forte dévaluation de la monnaie locale, une pauvreté accrue et des craintes d’insécurité alimentaire. Celles-ci sont aggravées par les défis mondiaux posés par la nouvelle pandémie de COVID-19 qui perturbe déjà le commerce alimentaire mondial. La pression économique accumulée et la dévaluation rapide se sont traduites par une série de complications qui affectent progressivement de nombreux secteurs du pays. Ayant marginalisé les secteurs agricoles et agro-alimentaires et étant un pays dépendant des importations, les craintes d’insécurité alimentaire grandissent. La récente crise économique ne fait qu’ajouter aux luttes chroniques du Liban que sont les différends politiques, la pauvreté et les inégalités, la faiblesse des infrastructures, la mauvaise gestion des ressources naturelles et des déchets, les mauvaises performances économiques et une dette nationale extrêmement élevée. Cette étude tente donc de considérer le concept de développement «néo- endogène» comme l’une des solutions potentielles qui pourraient contribuer à atténuer les récents revers tout en contribuant au développement territorial. Cette approche fait des espaces plus petits et locaux et de leurs acteurs locaux des germes économiques capables d’atteindre leurs propres voies de développement. L’étude s’appuiera donc sur 3 piliers: (1) les aliments libanais traditionnels appelés «mouneh» comme ressource culturelle locale, (2) la vallée de la Bekaa comme territoire principal et (3) les coopératives alimentaires comme principaux acteurs. Cette étude fournira à terme une introduction transversale au lien spatial et au statut des principales opérations de ces coopératives alimentaires dans la vallée de la Bekaa afin de comprendre leur contribution potentielle au développement dans leur espace local. La méthodologie mobilisera deux types de questionnaires et d’analyses extraites pour construire une compréhension de (1) la catégorisation / typologie des différentes classes de coopératives actives qui produisent des mouneh dans la vallée de la Bekaa, et (2) les interrelations (réseaux sociaux) qui existent au sein de ce réseau
collaborations SCIENTIFIQUES CIHEAM-IAMM, Montpellier, France
PUBLICATIONS

Eneida SHEHU (TOPULLI)

Eneida SHEHU (TOPULLI)

Eneida SHEHU (TOPULLI)

Doctorante

EMAIL etopulli@ubt.edu.al
titre de la thèse Détermination et automatisation de l’affiliation des typologies agricoles et de l’efficacité agricole en Albanie, vue par une approche géographique.
terrains d’études Albanie
(co-)directeurs M. Pascal CHEVALIER, M. Fatmir GURI
ORIGINE DU financement Salariée Université Agricole de Tirana et Bourse ERASMUS PLUS
année d’inscription 2020
résumé de la thèse

Les politiques agricoles en général se sont déjà déplacées vers l’investissement agricole direct. Leur conception et leur orientation optimales nécessitent une étude approfondie les caractéristiques des systèmes agricoles et les caractéristiques individuelles des exploitations. La création d’une typologie représentative à elle seule ne garantit pas la classification approfondie et la reconnaissance des caractéristiques individuelles des exploitations qui ne font pas partie de l’échantillon représentatif. En outre, le simple fait de connaître les caractéristiques de l’exploitation, sans mettre en évidence l’efficacité de l’utilisation des ressources n’est pas un instrument suffisant entre les mains des décideurs et des agriculteurs pour l’objectif principal des deux parties qui est d’augmenter la productivité. La littérature est pauvre avec des études sur la mesure de l’efficacité dans l’agriculture et encore plus avec l’étude de l’efficacité au niveau typologique pour le cas de l’Albanie.

Le projet proposé visera d’abord à créer des instruments pour l’identification des systèmes agricoles (typologies d’exploitations) au niveau national et leur mise à jour. Il évaluera en outre l’efficacité de chaque typologie et automatisera l’affiliation des individus fermes aux typologies construites.

L’objectif principal est de maximiser les avantages mutuels des décideurs et des agriculteurs respectivement dans la conception des interventions et la participation à l’intervention la plus efficace.

collaborations SCIENTIFIQUES
PUBLICATIONS

Heythem ADJEROUD

Heythem ADJEROUD

Heythem ADJEROUD

Doctorant

EMAIL haythem@hotmail.es
titre de la thèse Mobilité urbaine dans les villes moyennes: enjeux et perspectives pour la ville de Mila
terrains d’études Algérie
(co-)directeurs Laurent Chapelon et Adrien Lammoglia (UPV), Abdelhakim Kebiche (Université Sétif 1)
ORIGINE DU financement

Université Salah Boubnider Constantine 3

Campus France (mobilité longue durée)

année d’inscription 2018
résumé de la thèse

Ce travail de recherche est axé sur la thématique de la mobilité urbaine, qui, au-delà de son aspect technique figé, est très liée au phénomène urbain dont les caractéristiques ont un impact direct sur la qualité de vie en ville et les horizons de son développement.

Il s’inscrit dans le contexte des villes moyennes algériennes à travers l’analyse et l’évaluation d’un système de transport urbain diversifié, à caractère plus ou moins flexible, dont certains composants sont qualifiés de transports artisanaux. L’objectif étant de constituer une base de données spatialisées exploitable par les acteurs locaux, d’étudier le système actuel, et de mettre en place une grille permettant d’évaluer, dans le contexte des villes moyennes algériennes, les performances des différents modes de déplacements et leur capacité à satisfaire les besoins actuels et futurs en matière de mobilité.

Mots Clés: Mobilité urbaine, Transport urbain, Villes moyennes, Mila, Urbanisation, enquête déplacements, systèmes multi-agents

collaborations SCIENTIFIQUES
  • Université Salah Boubnider Constantine 3
  • Université Ferhat Abbas Sétif 1
PUBLICATIONS

Nesrine HMIDI

Nesrine HMIDI

Nesrine HMIDI

Doctorante

 

EMAIL hmidinesrine@outlook.fr
titre de la thèse Vulnérabilité et gouvernance du risque inondation dans l’arc métropolitain allant de Bizerte au Cap bon (nord est de la Tunisie)
terrains d’études Grand Tunis
(co-)directeurs Freddy Vinet /  Nôoméne Fehri
ORIGINE DU financement aucun
année d’inscription 2019
résumé de la thèse Le risque inondation s’amplifie à un rythme alarmant dans l’arc métropolitain allant de Bizerte à Cap bon (Nord Est de la Tunisie) constituant une contrainte pour les activités humaines et handicapant toutes opérations de développement. Faire face à ce risque qui se manifeste de plus en plus d’une manière catastrophique sur ce territoire porteur d’enjeux majeurs pour le territoire national s’impose aujourd’hui comme l’un des principaux défis de tout développement. L’idée est de comprendre les facteurs qui ont déterminé la répartition actuelle des niveaux de l’aléa, la trajectoire d’exposition et de vulnérabilité, les aménagements maintenus et leurs impacts en termes de renforcement de la résilience. La finalité de cette réflexion sera donc de mettre à l’épreuve les pratiques de gestion du risque (si elles existent) et porter un autre regard sur une gouvernance locale durable de risque inondation en se fondant sur un formalisme d’alerte précoce basé sur des données socio-économiques et environnementales permettant aux décideurs de prendre des risques calculés
collaborations SCIENTIFIQUES Université de Tunis, Tunis, Tunisie
PUBLICATIONS

Célia DELALANDRE

Célia DELALANDRE

Célia DELALANDRE

Doctorante

EMAIL svetab@hotmail.com
titre de la thèse Le rôle des chambres civiques municipale et régionale dans l’action publique locale: le cas de la région de Tver en Russie
terrains d’études Russie / région de Tver
(co-)directeurs Pascal Chevalier  (+ co direction non officialisée : Cécile Jouhanneau)
ORIGINE DU financement sans depuis fin janvier 2021 –  2016-2021 : allocation doctorale handicap CNRS
année d’inscription 2016
résumé de la thèse

J’analyse la manière dont les chambres civiques municipale et régionale se positionnent au sein de la fabrique de l’action publique locale dans la région de Tver en Russie, de manière à évaluer leur capacité participative et à cerner les modalités de cette participation.

Mon analyse repose principalement sur des entretiens biographiques et des observations empiriques collectées auprès des acteurs représentant la « société civile », dans le cadre de deux séjours sur le terrain réalisés en 2017 et 2018.

collaborations SCIENTIFIQUES Centre d’études de genre de Tver de l’Université d’Etat de Tver (collaboration amicale)
PUBLICATIONS